•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des infirmières du Nouveau-Brunswick votent en faveur de la grève

Une travailleuse de la santé fatiguée, vêtue d'une combinaison de protection, essuie la sueur sur son front dans une salle d'hôpital.

Le Syndicat des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick (SIINB) représente 9000 infirmières des quatre coins de la province.

Photo : Getty Images / Morsa Images

Radio-Canada

Au Nouveau-Brunswick, les infirmières immatriculées, les infirmières praticiennes et les infirmières auxiliaires ont voté à 92 % en faveur d’un mandat de grève. Les équipes de négociation du syndicat seront de retour à la table de négociation mardi.

Le groupe de négociation des foyers de soins a voté à 89 % en faveur de la grève, le groupe de négociation des infirmières de la partie III a voté à 91 % en faveur de la grève et le groupe de négociation des infirmières gestionnaires et des infirmières surveillantes a voté à 96 % en faveur de la grève, précise le Syndicat des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick dans un communiqué de presse, lundi.

Le syndicat représente 9000 infirmières des quatre coins de la province, notamment toutes les infirmières qui travaillent dans les hôpitaux et certaines infirmières qui travaillent dans les foyers de soins.

Les syndiquées ont rejeté les deux dernières offres du gouvernement en août et en octobre dernier.

Les membres du Syndicat des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick ont fait entendre leur voix haut et fort, déclare la présidente du Syndicat des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick, Paula Doucet.

J'espère que ce solide mandat de grève envoie un message puissant au gouvernement sur les problèmes qui affligent notre profession depuis des années. Les infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick sont fatigués et en ont assez. Avec un vote de grève favorable à 92 %, leur demande de respect et de meilleurs soins de santé pour tous est plus évidente que jamais. Notre système actuel est brisé, et ce, depuis des années. Il est temps de le réparer, affirme-t-elle dans un communiqué de presse.

Paula Doucet.

Paula Doucet, présidente du Syndicat des infirmières et des infirmiers du Nouveau-Brunswick.

Photo : CBC/Tori Weldon

Ce vote n'entraînera pas de débrayage immédiat des infirmières. Mercredi, le premier ministre Blaine Higgs et la présidente du Syndicat des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick (SIINB), Paula Doucet, affirmaient tous deux vouloir que les négociations reprennent dès la fin du vote.

Paula Doucet a confirmé lundi que les négociations doivent reprendre mardi.

La semaine dernière, le premier ministre Blaine Higgs a dit attendre une contre-offre de la part du syndicat. J’espère qu’ils reviendront à la table avec ce qu’ils voient comme une contre-offre, en réaction à nos deux dernières propositions.

Le vote des infirmières s’est déroulé du 2 au 5 décembre et le résultat a été dépouillé lundi.

Les infirmières de la santé publique et du secteur hospitalier n’ont pas de convention collective depuis le 31 décembre 2018.

Le syndicat réitère que la pénurie d’infirmières est un problème de longue date au Nouveau-Brunswick, mais que la pandémie de la COVID-19 a aggravé la situation. En septembre dernier, le syndicat estimait qu’il y avait au moins 854 postes vacants dans la province.

Rappelons que le gouvernement Higgs a récemment décidé de transférer les infirmières et infirmiers auxiliaires autorisés vers le Syndicat des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick. Ainsi, le 8 octobre, plus de 1900 infirmières et infirmiers se sont joint au syndicat, une décision qui avait été dénoncée par le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), qui les représentait jusqu’à cette date.

Le Syndicat canadien de la fonction publique qualifiait cela de mesure de représailles de la part du gouvernement, car il venait d’obtenir un mandat de grève pour cette section locale et pour une dizaine d’autres.

Le gouvernement a justifié cette décision en déclarant que le travail des infirmières auxiliaires autorisées ne cadrait plus assez bien avec la section du Syndicat canadien de la fonction publique et que celles-ci avaient des intérêts communs avec les infirmières immatriculées représentées par le Syndicat des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !