•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Emera veut 1,7 G$ pour le lien maritime

Dawna Ring est membre de la Commission des services publics et d'examen de la Nouvelle-Écosse.

Emera défend ses hausses de tarifs d'électricité pour rembourser le lien maritime devant la Commission des services publics et d'examen de la Nouvelle-Écosse. (archives)

Photo : Radio-Canada / CBC/Robert Short

Radio-Canada

Après une livraison partielle d'électricité, la compagnie souhaite commencer le remboursement complet du projet par les clients néo-écossais.

La compagnie Emera doit comparaître lundi devant la Commission des services publics et d'examen de la Nouvelle-Écosse.

C'est le début des audiences publiques relativement à la demande de la compagnie de récupérer 1,7 milliard de dollars pour la construction du lien maritime.

Emera a fait construire ce réseau de transport sous-marin et aérien pour transporter de l'électricité du projet hydroélectrique de Muskrat Falls, au Labrador, vers la Nouvelle-Écosse. La construction venait avec une entente de livraison d’électricité qui devait durer 35 ans.

Ce lien maritime est terminé depuis 2018, mais l’électricité s’est fait attendre à cause des délais et des problèmes au chantier du barrage et de l'acheminement de l’électricité produite vers l'île de Terre-Neuve.

Une sous-station électrique

La sous-station de Bottom Brook à Terre-Neuve pour le lien maritime avec la Nouvelle-Écosse était presque terminée lors de la prise de cette photo à la fin de 2016.

Photo : Emera

Mission accomplie pour Emera

En août, Emera a signé une entente pour que Nalcor, maintenant intégré à Hydro T.-N.-L., accepte de livrer de petites quantités d'électricité à la Nouvelle-Écosse, même si la centrale de Muskrat Falls n'est toujours pas pleinement opérationnelle.

Aucune électricité n'a été livrée en octobre, mais une première livraison partielle d’électricité a suffi pour qu'Emera soumette sa facture finale.

Les consommateurs d’électricité en Nouvelle-Écosse ont déjà déboursé 450 millions de dollars pour le lien. Pour 2022, Emera demande un remboursement de 169 millions de dollars sur le milliard qui reste à payer en frais de construction. La compagnie souhaite aussi être remboursée pour 12 millions de dollars versés en primes de rendement aux cadres du projet et pour 1,4 million de dollars versés en dons de bienfaisance et de commandites.

Le remboursement complet du lien doit s'échelonner encore sur quelques années de façon relative à ce qui sera autorisé par la Commission des services publics et d'examen de la Nouvelle-Écosse.

Un compteur électrique de la compagnie de la compagnie Nova Scotia Power en Nouvelle-Écosse.

Les tarifs d'électricité pourraient monter si la demande d'Emera est acceptée.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Villeneuve

Demander ce qui n'est pas livré

L'avocat Bill Mahody dit que ces demandes de remboursement de boni sont difficiles à digérer. Il représente les 400 000 clients résidentiels de Nova Scotia Power lors des audiences cette semaine. À son avis, c'est aussi prématuré de commencer les démarches de remboursement pour le plein montant après avoir reçu seulement une petite partie de l'électricité qui était prévue dans le contrat initial.

Le lien maritime est terminé et opérationnel depuis 2018, mais ce n'était pas la fin du projet, dit Bill Mahody.

« La fin du projet, c’est quand l’électricité promise de Muskrat Falls sera livrée à la Nouvelle-Écosse.  »

— Une citation de  Bill Mahody, avocat des consommateurs résidentiels d'électricité en Nouvelle-Écosse

L'avocate des clients industriels de Nova Scotia Power partage aussi cet avis. Dans une déclaration préliminaire déposée avant l'audience, Nancy Rubina dit qu’il y a un décalage entre ce qu’Emera veut et ce que la compagnie a livré.

Il est clair que jusqu'à présent l’entente initiale de livraison d’électricité, y compris l'énergie supplémentaire et la capacité de traiter l'énergie au prix courant, n'a pas été respectée, dit-elle.

Enseigne de la compagnie d'électricité Nova Scotia Power, filiale du groupe Emera.

Nova Scotia Power est le distributeur d'électricité en Nouvelle-Écosse.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Wolf

Emera croit que c’était sage de conclure une nouvelle entente pour que la Nouvelle-Écosse reçoive un peu d'électricité du barrage de Muskrat Falls le plus rapidement possible.

Elle qualifie la décision de prudente, considérant que la centrale, où l'électricité arrive du Labrador à Terre-Neuve, est en proie à des problèmes de logiciels. L'exploitation commerciale prévue pour novembre 2021 a été repoussée à la fin mars 2022.

Pendant ce temps-là, le lien maritime ne rajeunit pas. Dans sa déclaration soumise avant l'audience, l’avocat Bill Mahody a cité un consultant engagé par le régulateur qui a déclaré qu'il n'y avait aucune preuve que le lien maritime peut durer 50 ans. Les composants des câbles seraient plus susceptibles d'avoir une durée de vie de 40 ans et même de 25 ans pour le câble à fibre optique.

Ces paramètres de conception sont importants, car la livraison de l'énergie sur la durée du terme dépend des performances de ce câble, a déclaré Bill Mahody.

Les audiences pourraient durer toute la semaine et ce sera à la Commission des services publics et d'examen de la Nouvelle-Écosse de trancher dans ce dossier.

D’après les informations de Paul Withers de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !