•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un premier plan d’action pour et avec les peuples autochtones à l’UdeS

Deux hommes et deux femmes présentent une toile bleue sur laquelle sont peints des oiseaux multicolores.

La toile de l’artiste abénakise Christine Sioui-Wawanoloath, « Transmission : de l’importance de bien apprendre à voler », a inspiré le plan d'action de l'Université de Sherbrooke (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L’Université de Sherbrooke a dévoilé son plan d'action 2021-2026 pour et avec les peuples autochtones.

C'est le premier plan que nous dévoilons, même si nous avons mis en place certaines démarches. Nous [nous] étions peu concertés entre nous. Nous avions le besoin de nous organiser et de nous structurer afin de rendre les initiatives plus nombreuses et plus visibles, explique la vice-rectrice aux études de l'Université de Sherbrooke, Christine Hudon.

Elle signale que l'idée sous-jacente à cette initiative est de jeter un éclairage sur les cultures autochtones.

« Ça ne s'adresse pas juste au peuple autochtone. Nous visons tant les étudiants que les membres du personnel afin qu’ils puissent mieux connaître les réalités autochtones. La communauté sherbrookoise pourrait aussi en bénéficier. »

— Une citation de  Christine Hudon, vice-rectrice aux études de l'Université de Sherbrooke

L’Université de Sherbrooke explique qu'elle souhaite répondre aux appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation du Canada de 2015 et de la commission Viens de 2019.

« Nous avons reçu un appui et un soutien de cette démarche. Nous avons aussi collaboré avec la directrice du Bureau du Ndakina du Grand Conseil de la Nation Waban-Aki, Suzie O’Bomsawin, et différents groupes autochtones. Il y avait des collaborations avec différentes communautés dans les différentes facultés », indique Christine Hudon.

Elle croit qu'une institution comme l’Université de Sherbrooke doit jouer un rôle dans la réconciliation par l’accès à l’éducation et augmenter la présence de personnel membre des peuples autochtones sur le campus.

Nos objectifs sont multiples. Ça passe par le recrutement et le soutien à la réussite. C'est aussi un accompagnement pour ceux qui en ont besoin. C'est de revoir nos programmes d’études pour mieux préparer nos futurs enseignants, médecins et ingénieurs à travailler en milieu autochtone. Nous voulons qu'ils soient conscients des réalités autochtones. Par la recherche, par la diffusion des savoirs et réalités autochtones, nous voulons contribuer au rayonnement des peuples autochtones, mentionne Christine Hudon.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !