•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Québécois ont le cœur à la fête cette année

Un groupe de personnes trinque avec des flûtes de champagne.

Des amis célèbrent.

Photo : iStock

La recrudescence des cas de COVID-19 dans la province et la découverte du variant Omicron ne découragent pas les Québécois de fêter Noël et le jour de l'An. Au contraire, ils veulent se rassembler.

Et certains savent déjà comment ils vont passer le temps des Fêtes. On prévoit de célébrer en famille. Et surtout d’avoir du plaisir, toute la gang ensemble, confie Annie Blanchet.

Même programme pour Antoine Malot. Je vais dans la famille de mon copain dans le nord de l’Ontario, puis je reviens dans la région de Montréal pour fêter la nouvelle année avec mes parents.

Chaleur familiale

Pas question néanmoins pour ces deux Québécois rencontrés dimanche au Marché de Noël allemand de voir les choses en grand et d’en oublier les règles sanitaires.

On va suivre les recommandations de la santé publique, ce qui ne nous empêchera pas d’avoir de la chaleur familiale, assure Antoine Malot.

Jean Bussières, le compagnon d’Annie Blanchet précise : On fait attention. On veut surtout pas revenir où on était avant.

Les professionnels de la restauration retrouvent le sourire après l’année catastrophique qu’ils ont vécue en 2020, marquée par des fermetures forcées.

On a beaucoup de réservations individuelles: des deux, des quatre, des six. Donc quand les gens nous demandent de réserver pour des 20 ou des 30, on est très limités. On en prend très peu, renseigne Pierre Moreau, du groupe Restos Plaisirs qui opère 12 restaurants dans la grande région de Québec.

Son service traiteur mis en place pour contrer les effets de la pandémie fonctionne lui aussi. Les commandes de boîtes repas affluent. Des entreprises y ont recours. Pierre Moreau n’est pas le seul à voir son carnet de commandes se remplir.

Avec modération

Renaud Poulin, le président-directeur général de la corporation des propriétaires de bars, brasseries et tavernes du Québec, se rend compte que beaucoup de commerçants sont dans le même cas.

Il prévient cependant : Ce sera pas comme y a deux ans. On espère qu’en 2022 tout revienne à la normale.

Oui à la fête, mais pas au n’importe quoi. La microbiologiste et infectiologue, Cécile Tremblay, invite à la prudence.

Il faut célébrer, mais de façon modérée. Pas de grands rassemblements. S’en tenir à de la famille proche. Sinon, affirme-t-elle, il y aura un prix à payer. On ne peut pas se permettre de revenir à la normale et de faire des partys de 100 personnes chez soi. Ce serait épouvantable en termes de cas.

La scientifique rappelle que le Québec est secoué présentement par une cinquième vague de COVID-19. Dimanche, la Santé publique a annoncé 1256 nouvelles contaminations enregistrées en 24 heures et un décès supplémentaire.

Les règles sanitaires imposées à la population pour ce temps des Fêtes n’ont pas encore été communiquées. Le gouvernement doit les dévoiler cette semaine.

D'après les informations de Colin Côté-Paulette

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !