•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’organisme Manitoba Animal Alliance ferme ses portes pour le mois de décembre

Le chiot Drake, recueilli par la Manitoba Animal Alliance, se repose sur le plancher d’un bureau de vétérinaire.

La Manitoba Animal Alliance accueille environ 2000 animaux par an, comme le chiot Drake.

Photo : Radio-Canada / Ron Boileau

Émile Lapointe

Le refuge Manitoba Animal Alliance (MAA) doit suspendre temporairement l’accueil de nouveaux animaux. Les bénévoles sont épuisés par le secours d'animaux dans des communautés éloignées pendant les feux de forêt qui ont fait rage cet été, et font aussi les frais de la pandémie et du manque de ressources. 

L'organisme actif dans le nord et les communautés éloignées du Manitoba l’a fait savoir sur sa page Facebook, au début du mois.

« Nous sommes incapables d’accueillir plus d’animaux jusqu’à ce que nous puissions nous remettre de l’été difficile que nous avons passé et l’automne qui a vidé nos poches. »

— Une citation de  Manitoba Animal Alliance

Il nous manque des fonds et de la nourriture à envoyer aux communautés du Nord. Notre directrice a décidé de prendre une pause d’un mois pour notre santé mentale, témoigne Josée Bélanger, bénévole avec l’organisme.

Josée Bélanger tient un petit chiot recueilli par le Manitoba Animal Alliance dans ses bras.

Josée Bélanger s’implique avec la Manitoba Animal Alliance depuis 2 ans.

Photo : Radio-Canada / Émile Lapointe

Les gens qui s’impliquent auprès de la Manitoba Animal Alliance accueillent des animaux chez eux le temps qu’ils soient adoptés et les transportent aux rendez-vous vétérinaires. Ils vont aussi dans les communautés éloignées pour organiser des cliniques mobiles, nourrir les animaux sans toits et ramener ceux qui ont été laissés derrière pendant les évacuations.

Après les feux de forêt, la COVID-19

Un total de 119 animaux ont été secourus à cause des feux. Lors de l’évacuation des résidents des communautés, ceux-ci n’étaient pas autorisés à amener leurs animaux de compagnie avec eux. 

On a dû aller les chercher et les mettre dans des familles d’accueil. Ça a été long avant que les gens puissent retourner à cause des feux. On a dû les garder longtemps et ça a épuisé nos ressources , se rappelle Mme Bélanger.

Prendre soin ou transporter des animaux dans une communauté éloignée nécessite beaucoup d'organisation , explique dans un courriel la directrice de l'organisme, Debra Vanderkerkhove. Une situation aggravée par la pandémie, constate-t-elle.

Josée Bélanger et sa fille transportent une cage contenant trois chiots vers leur voiture.

Parmi la liste de ressources manquantes figurent les cages de transport de grande taille.

Photo : Radio-Canada / Ron Boileau

Par ailleurs, lorsque des cas positifs de COVID-19 sont déclarés dans une communauté, les services prévus, bénévoles et vétérinaires, doivent être réorganisés en peu de temps ce qui demande beaucoup d’énergie, écrit Mme. Vanderkerkhove.

Grâce à des  partenariats à l'extérieur du Manitoba, l'organisme parvient à trouver des familles pour les animaux sans toits. Nous avons beaucoup d'aide des refuges de l'Ontario, je ne sais pas ce qu'on ferait sans eux, reconnaît Josée Bélanger.

La bénévole est reconnaissante du soutien des Manitobains, qui sont nombreux à faire des dons en argent ou en temps à l'organisme cette année.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !