•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de 1000 bénévoles pour le retour de la guignolée à Granby

Une bénévole rempli une boîte de denrées.

Les bénévoles ont rempli le camion de denrées offertes par la population.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Quelque 1000 bénévoles de Granby ont cogné aux portes pour amasser des denrées alimentaires pour SOS Dépannage - Moisson Granby.

Les provisions amassées, puis entassées dans une vingtaine de camions seront distribuées aux personnes dans le besoin au cours de la prochaine année.

Même après son absence l'an dernier en raison de la pandémie, la guignolée a réussi à retrouver des centaines de bénévoles pour prêter main-forte.

Plusieurs membres des familles Leclerc et Dionne étaient au rendez-vous pour l'occasion. On met tous la main à la pâte ensemble. C'est belle activité en famille en sachant que ça aide, indique Élyse Dionne.

« Il y a des gens qui en arrachent beaucoup. Si on peut leur rendre la vie un peu plus facile, c'est agréable. »

— Une citation de  Françoise Bessette, bénévole

Le président fondateur de SOS Dépannage - Moisson Granby, Norman Dunn, estime que l'événement a un effet positif sur la cohésion sociale de la municipalité.

C'est toujours important dans une municipalité de montrer qu'il y a une journée de partage. Ça montre l'exemple à l'autre génération, souligne-t-il.

Autant dans les rues de la ville que dans la station de tri des denrées, les bénévoles se sont affairés tout au long de la journée dans une ambiance festive.

Au-delà du porte à porte

En plus de la collecte de denrées, une campagne de financement virtuelle est aussi lancée.C'est le succès que cet événement a connu l'an dernier qui a convaincu les organisateurs de répéter l'expérience.

On a ramassé plus de 300 000$ ! C'est encore mieux l'argent parce qu'on est capable de cibler les achats, explique Normand Dunn.

SOS Dépannage profite aussi des revenus de son magasin général et de son restaurant les Trois Pommiers.

Un projet qui anime la nouvelle mairesse Julie Bourdon. C'est vraiment une entreprise d'économie sociale. Lorsque les gens viennent porter leurs meubles, leurs vêtements, leurs livres. Tout ce qui est vendu ici chez SOS Dépannage s'en va directement pour la banque alimentaire, décrit-elle.

L'entreprise crée aussi de l'emploi. C'est le cas d'Étienne Moreau, 14 ans, qui y travaille une dizaine d'heures par semaine. J'aimais bien l'idée de venir en aide aux gens. En même temps, ça peut me rapporter de l'argent pour payer mes propres affaires, explique l'adolescent.

Chaque année, la mission de l'organisme convainc des dizaines de personnes de donner de leur temps à nouveau dans l'espoir d'aider les plus démunis de la municipalité.

D'après le reportage de Jean Arel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !