•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le variant Omicron s’immisce dans les plans des voyageurs de l’Atlantique

Des touristes profitent de la plage et de l'eau.

Certains résidents de l'Atlantique se demandent s'ils devraient renoncer à l'idée de passer Noël au soleil.

Photo : Associated Press / Ramon Espinosa

Radio-Canada

Malgré la présence du nouveau variant Omicron et les restrictions de voyages, certains résidents de l'Atlantique ne renoncent pas à l'idée de passer les fêtes au soleil.

Les voyages vers les destinations soleil pendant le temps des fêtes sont chose commune pour plusieurs résidents de l’Atlantique.

René Ephestion prévoit partir de Moncton le 20 décembre pour aller passer le temps des fêtes en Martinique, dans les Caraïbes, auprès de sa famille qu’il n’a pas vue depuis près de deux ans.

[Il ne] faut pas trop programmer à l’avance, parce que les choses peuvent changer, sont volatiles, peuvent changer assez rapidement donc comme on voit avec le variant Omicron et puis les changements de règles qui se font avec les différents pays, estime M. Ephestion.

Un homme assis dans sa maison décorée pour Noël.

La famille élargie de René Ephestion prévoit se retrouver en Martinique à l'occasion des fêtes de fin d'année.

Photo : Radio-Canada

[Ce sont] des choses assez stressantes, juste en arrivant sur la ligne droite, la dernière ligne droite avant le voyage, reconnaît René Ephestion.

Il souligne que sa famille prend toutes les précautions nécessaires avant de quitter le pays.

« Nous allons restreindre un petit peu nos interactions avec les amis, avec la famille pour [être] sûrs que nous pourrons prendre cet avion. »

— Une citation de  René Ephestion

Le variant Omicron fait réfléchir

La présence du nouveau variant Omicron a convaincu quelques voyageurs de repousser leurs vacances dans le sud.

La propriétaire de l'agence est assise à son bureau, devant un ordinateur.

Certains clients de Lisette Cormier Noël ont décidé d'annuler leurs voyages cet hiver.

Photo : Patrick Noël

Avec la venue du nouveau variant là, on commence à faire des annulations pour des voyages qui étaient prévus au mois de janvier, donc ça n'augure pas très bien maintenant, admet Lisette Cormier Noël, propriétaire de l'agence Voyage Vasco Acadie.

« Peu importe ce qui se passe dans l'univers, les gens ne sont pas encore à l'aise de voyager. »

— Une citation de  Lisette Cormier Noël, propriétaire de l'agence Voyage Vasco Acadie

Vaut-il mieux attendre?

Pour Ronald Labonté, professeur à l’École d’épidémiologie et de santé publique de l’Université d’Ottawa, les gens peuvent voyager, mais il recommande d’attendre encore quelques semaines en raison du variant Omicron.

J'attendrais encore deux, trois semaines, peut-être quatre, jusqu'à ce que nous en sachions plus sur le variant Omicron, indique le professeur Labonté.

Un homme avec une barbe blanche et des lunettes en entrevue via vidéoconférence.

Ronald Labonté, professeur à l'école d'épidémiologie et de santé publique de l'Université d'Ottawa et titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la mondialisation contemporaine et l'égalité en matière de santé.

Photo : Radio-Canada

Pour sa part, la famille Ephestion va redoubler de prudence avant son départ, mais n'a pas l'intention de renoncer à son voyage.

On n'a pas pensé annuler, parce que deux ans c'est extrêmement long pour nous, pour les enfants, pour les grands-parents qui n'ont pas vu les petits-enfants, confie René Éphestion.

Sa famille et lui-même devront se soumettre à un test de dépistage à l'aéroport, comme tous les autres voyageurs internationaux qui arrivent par avion au Canada, à l'exception des États-Unis, et ensuite s'isoler jusqu'à ce qu'ils obtiennent leurs résultats.

D'après un reportage de Félix Arseneault

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.