•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trois quarts des victimes de meurtre en Saskatchewan en 2020 étaient autochtones

Les gyrophares allumés d'une voiture de police.

Le taux d’homicides est 17 fois plus élevé chez les autochtones par rapport aux non-autochtones.

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

Radio-Canada

Trois victimes d’homicide en Saskatchewan sur quatre en 2020 étaient autochtones, selon des données publiées récemment par Statistique Canada. Le taux d’homicides est 17 fois plus élevé chez les Saskatchewanais autochtones par rapport aux non-autochtones.

Les Autochtones représentent environ 10 % de la population de la province, selon les données de Statistique Canada. Or, sur les 60 victimes d’homicide en Saskatchewan en 2020, 46 étaient autochtones, soit 76 %.

Le taux d’homicide pour la population autochtone de la Saskatchewan est le plus élevé au Canada, à 22,74 par 100 000 personnes, contre 1,31 par 100 000 personnes pour la population non autochtone.

En 2019, sur les 55 victimes d’homicide en Saskatchewan, 37 étaient autochtones.

Pour le professeur adjoint du département d’études autochtones de l’Université de la Saskatchewan Robert Henry, ces données montrent le besoin d’agir.

Je crois que nous devons commencer à examiner comment cela survient et moins nous focaliser sur une perspective punitive, de regarder ça avec la perspective des déterminants sociaux , indique-t-il. Comment pouvons-nous vraiment commencer à réduire la violence faite aux corps autochtones?

M. Henry dit qu’il y a plusieurs raisons qui expliquent la différence du taux d’homicide entre Autochtones et personnes non autochtones. Les vies autochtones sont parfois vues comme moins importantes que celles des personnes non autochtones, affirme-t-il.

Le spécialiste des gangs de rue autochtones, de la santé mentale et du système judiciaire note que certaines personnes autochtones sont impliquées dans des gangs et le mode de vie de la rue.

Pour lui, il est important de mieux travailler avec ces personnes pour éviter des morts inutiles.

Un taux d'accusation élevé

Les données de Statistique Canada montrent aussi qu’en 2020, le taux d’accusation d’homicide des personnes autochtones en Saskatchewan était le plus élevé au Canada.

Pour les Autochtones, ce taux est de 26,2 par 100 000 personnes, soit 23 fois plus élevé que pour la population non autochtone, dont le taux atteint 1,11 par 100 000 personnes.

Robert Henry note que la violence est parfois commise entre personnes autochtones. Il dit que certains programmes tentent d’aider les gens à surmonter les traumatismes intergénérationnels qui peuvent contribuer à cette violence.

Nous devons chercher de meilleures façons de soutenir cela, poursuit le professeur, non seulement dans des communautés autochtones, mais aussi dans des espaces urbains.

Il ajoute qu’il ne sait pas pourquoi les taux sont aussi élevés en Saskatchewan, et note que ces données varient avec le temps.

On ne peut pas regarder ces taux d’homicide et dire : mon Dieu, que s’est-il passé cette année? Nous devrions plutôt regarder ça avec une vue d'ensemble. Oui, c’est élevé, dit-il.

Si nous travaillons continuellement avec les communautés […] et nous essayons de bâtir des relations saines dans ces espaces, je crois que nous allons voir une réduction, conclut le chercheur.

Avec les informations de l'émission de CBC The Afternoon Edition et de Dayne Patterson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !