•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec investit 52 millions de dollars pour prévenir la criminalité

Geneviève Guilbault en conférence de presse.

La vice-première ministre Geneviève Guilbault est aussi la ministre responsable de la Sécurité publique.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Afin de contrer la montée de la violence dans les rues de Montréal, le gouvernement Legault a décidé d'injecter 52 millions de dollars dans un plan de prévention de la criminalité, notamment pour mieux outiller les organismes communautaires qui œuvrent auprès des jeunes.

Dans sa dernière mise à jour économique, le gouvernement Legault avait initialement prévu consacrer 46,4 millions de dollars afin d'augmenter les efforts en prévention de la criminalité au cours des cinq prochaines années – une mesure rendue nécessaire en raison de l’augmentation inquiétante du nombre d’événements violents impliquant des armes à feu, principalement dans la grande région de Montréal.

Quatre jeunes sont morts dans les rues de la métropole depuis le début de l'année.

Montréal est une ville sécuritaire – on le maintient –, mais on comprend très bien que des gens soient inquiets et extrêmement bouleversés par tout ce qui se passe depuis quelques mois, a déclaré la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, dimanche.

Si Québec avait déjà mentionné en septembre dernier que la prévention de la criminalité se retrouverait au cœur de sa stratégie, les fonds supplémentaires pour soutenir les groupes communautaires se faisaient depuis attendre.

Ces organismes sont pourtant la clé pour rejoindre les jeunes avant qu'ils ne soient tentés par d'autres avenues. À ce chapitre, le gouvernement Legault reconnaît qu'ils revêtent une importance primordiale dans la prévention, en permettant notamment aux adolescents de se réaliser à travers des activités sportives, artistiques et culturelles.

Mme Guilbault, qui est aussi vice-première ministre, a indiqué dimanche que ces organismes pourront désormais bénéficier d'une somme de 20,2 millions de dollars à compter de l'an prochain, et ce, pour 4 ans.

On va financer à la mission les organismes qui font du travail de rue, [...] qui est essentiel, a-t-elle expliqué, précisant que le gouvernement rompait ainsi avec son habitude de financer des projets. Québec espère ainsi éradiquer le spectre constant de la discontinuité de service qui plane sur nos organismes communautaires.

On passe à la vitesse supérieure, a renchéri à ses côtés Chantal Rouleau, ministre de la Métropole et de la région de Montréal.

« Nos jeunes doivent avoir accès à des milieux de vie qui sont stimulants et dans lesquels ils se sentent valorisés. Les armes à feu ne doivent plus être une option. »

— Une citation de  Chantal Rouleau, ministre de la Métropole et de la région de Montréal

Pour Mohamed Mimoun, agent de mobilisation et de développement au Forum Jeunesse Saint-Michel, il faut davantage de lieux où on peut créer un filet de sécurité autour des jeunes.

L'ancien modèle des maisons de jeunes où on trouve des tables de baby-foot et de ping-pong [...] est démodé, a expliqué M. Mimoun en entrevue à RDI, peu de temps avant l'annonce du gouvernement.

Des adolescents devenus jeunes adultes sont revenus nous voir pour nous dire que ça leur prend vraiment les moyens pour avancer dans la vie, a-t-il ajouté.

Des millions pour soutenir la Ville de Montréal

À compter de 2022, la Ville de Montréal obtiendra un financement de 8 millions de dollars sur 4 ans pour soutenir son comité stratégique en sécurité urbaine, qui favorise l'aménagement de lieux destinés aux jeunes montréalais.

Une toute nouvelle équipe d'intégration sociale pour la région métropolitaine sera aussi mise sur pied et bénéficiera de 3,1 millions de dollars sur 5 ans. Ses agents de liaison auront pour mandat d'aider les jeunes sortis de prison dans leurs démarches de réinsertion sociale.

Un poste de conseiller en développement communautaire autochtone rattaché au Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) verra aussi le jour. Pour ce faire, la Ville de Montréal bénéficiera d'une subvention de 366 000 $ sur 4 ans.

Le gouvernement compte en outre mettre sur pied une formation pour sensibiliser les policiers et permettre de « prévenir le profilage racial et social », en plus d'appuyer les travaux de recherches sur la violence liée aux armes à feu.

Avec sa Stratégie québécoise de lutte contre la violence liée aux armes à feu, le gouvernement entend agir sur deux fronts, soit la prévention de la criminalité et la répression des crimes impliquant des armes à feu.

Cette enveloppe bonifiée vient s'ajouter à celle de 103,5 millions de dollars destinés au déploiement de l’opération Centaure d'ici 2026, qui doit mobiliser 20 corps policiers à travers la province, y compris ceux des communautés autochtones, pour contrer la contrebande d'armes.

La part du lion des 52 millions annoncés dimanche sera allouée à Montréal, où le problème est plus criant, mais le gouvernement assure que des fonds seront disponibles pour d'autres grandes villes. On ne veut pas attendre justement que ce soit aigu, a précisé Mme Guilbault.

Le plan de prévention en chiffres

  • 20,2 M$ sur 4 ans pour le Programme de financement de la mission des organismes communautaires de travail de rue;
  • 11,3 M$ sur 5 ans pour le Programme de prévention de la délinquance par le sport, les arts et la culture;
  • 9 M$ sur 5 ans en financement supplémentaire de prévention de la criminalité;
  • 8 M$ sur 4 ans pour le Comité stratégique en sécurité urbaine de Montréal;
  • 3,1 M$ sur 5 ans pour l'Équipe d'intégration sociale et de liaison de la région métropolitaine;
  • 366 000 $ sur 4 ans pour la création d'un poste de conseiller au développement communautaire autochtone au SPVM.

La ministre Guilbault, qui avait déjà annoncé l'embauche de 107 policiers et experts, a convenu que l'ajout d'effectifs sur le terrain n'était pas l'unique solution. En misant davantage sur la prévention, le gouvernement entend s'attaquer à des problèmes qui se sont construits dans certains quartiers [...] et qui font en sorte qu'il y a une inégalité des chances pour certains jeunes.

« On pourrait mettre tous les policiers du monde, le jour où une arme à feu arrive dans la main d'un jeune de 15 ans, c'est parce qu'on a échappé quelque chose avant. »

— Une citation de  Geneviève Guilbault, ministre de la Sécurité publique

Le meurtre d'Hani Ouahdi, un homme de 20 ans qui a succombé à ses blessures après avoir été atteint par balle jeudi, est venu raviver les inquiétudes des Montréalais. Les citoyens avaient déjà eu à vivre le deuil des jeunes Thomas Trudel, 16 ans – abattu en pleine rue dans le quartier Saint-Michel en novembre– et Meriem Bendaoui, 15 ans – tuée lors d'une fusillade dans Saint-Léonard en février.

Un autre adolescent de 16 ans, Jannai Dopwell-Bailey, a été poignardé à mort en octobre dernier devant son école, dans l'arrondissement Côte-des-Neiges. Samedi, des dizaines de personnes se sont rassemblées pour lui rendre hommage.

Aucune des victimes n'était connue des services policiers.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !