•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les services ambulanciers sont bonifiés dans plusieurs secteurs de l’Estrie

Une ambulance roule avec les gyrophares allumés.

Une ambulance répond à un appel d'urgence.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Depuis trois semaines, les ambulanciers du Granit, de Val-des-Sources et de Coaticook sont passés des horaires de faction à un horaire à l'heure. Bien qu'il s'agit d'un gage de stabilité pour les employés, un organisme qui les représente croit qu'il est encore trop tôt pour se réjouir.

Le représentant de l’organisation syndicale des Travailleurs ambulanciers de Beauce inc. (TABSI) en l’Estrie, Sylvain Côté, exprime des doutes.

« Ça ne dure jamais. On revient toujours à nos horaires de faction. Est-ce qu’on a espoir ? On a toujours espoir, mais est-ce qu’on va vraiment l’avoir ?   »

— Une citation de  Sylvain Côté, représentant de TABSI Estrie

Le représentant syndical se demande toujours s'il sera possible d'assurer la pérennité de cette mesure qui apporte une stabilité tant espérée aux travailleurs qu'il représente.

Éviter les ruptures de service

À Lac-Mégantic, deux ruptures de services seraient survenues le mois dernier, soit les 11 et 12 novembre. Et même qu’on a dû avoir recours à l’autre caserne de Lambton pour un transfert urgent, ce qui a amené la découverture complète du Granit pendant près de 5 heures, déplore-t-il. 

Selon lui, ces deux ruptures de service ont sans doute mis de la pression pour que les services ambulanciers soient rehaussés. À Lac-Mégantic, un véhicule est maintenant stationné 24 heures sur 24 à la caserne. Quatre ambulanciers se partagent les quarts de jour et de nuit. Depuis trois semaines, on n'a eu aucun bris de service, note-t-il.

Le représentant syndical évoque également un incident survenu à Senneterre, en Abitibi, plus tôt cette semaine

Le Bureau du coroner du Québec a annoncé jeudi qu'il fera enquête sur le décès de Richard Genest, mardi à l’hôpital d’Amos, au moment où l’urgence du CLSC de Senneterre était fermée. L'homme aurait attendu l'ambulance pendant deux heures, selon la Ville.

On sait que la demande est faite un peu partout en province où on a ce type d’horaire là. On n’est pas sans savoir ce qui s’est passé à Senneterre cette semaine. On ne voudrait pas en arriver là. Est-ce que ça va faire réfléchir quelqu'un qui prend des décisions ? Nous, c’est notre crainte qu’on a depuis plusieurs années, souligne Sylvain Côté. 

Dans son communiqué envoyé vendredi, le CIUSSS de l’Estrie - CHUS dit envisager d’autres rehaussements des services ambulanciers. 

Un porte-parole du CIUSSS a soutenu samedi que tous les détails sur les rehaussements en cours ou à venir seront donnés plus tard cette semaine, lors d’un point de presse.

Avec les informations de Christine Bureau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !