•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

PQ en congrès à Trois-Rivières : la situation du parti en Mauricie

Paul St-Pierre Plamondon devant une foule de militants.

Le chef du Parti québécois, Paul St-Pierre Plamondon devant ses militants, au congrès du parti, à Trois-Rivières.

Photo : Radio-Canada / Josée Ducharme

Radio-Canada

Le Parti québécois (PQ) se prépare en vue des prochaines élections provinciales. Environ 500 délégués ont participé, samedi, au congrès du parti qui s’est tenu à Trois-Rivières.

Dans la région, les militants se retroussent les manches en cette année préélectorale.

La Mauricie a déjà été dans les années 1990 et 2000 entièrement acquise au Parti québécois, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui, alors que les circonscriptions sont toutes représentées par la Coalition avenir Québec (CAQ).

Le président de l’Association du Parti québécois de la Mauricie, Richard Perreault, affirme que la recherche de candidats est amorcée. 

On va essayer d'aller chercher les meilleures candidatures possibles et d’avoir une équité au niveau des hommes et des femmes. C'est le travail que les quatre circonscriptions font présentement , explique-t-il.

Un défi de taille

Ramener au bercail les électeurs du PQ sera difficile, concèdent des militants.

Le défi est d’abord de convaincre ceux qui, en 2018, ont voté pour la Coalition avenir Québec uniquement pour retirer le pouvoir au Parti libéral.

« Faut continuer à être convaincant, de défendre l'autonomie du Québec, ce que fait M. Legault. C'est un parti autonomiste, en passant, mais en laissant toujours la porte qu’éventuellement, ce sera peut-être cette séparation-là. »

— Une citation de  Noëlla Champagne, ex-député du Parti québécois dans Champlain

La Coalition avenir Québec étant un parti nationaliste, le chef du Parti québécoisPaul St-Pierre Plamondon doit se démarquer. C’est ce qu’il compte faire en réclamant l'indépendance dans un premier mandat. Un programme qui ravit le président de l’association régionale. C'est vraiment de dire qu’on veut un pays, de quelle façon ça va se réaliser et ça va être quoi les avantages. On va sortir notre argumentaire de 1995, qu'on a tenu tranquille depuis ce temps-là, soutient Richard Perreault.

Durant le congrès, les militants ont voté sur de nombreuses propositions qui serviront de socle pour l'élaboration de la plateforme électorale en vue des élections l’an prochain.

D'après les informations de Marc-Antoine Bélanger

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !