•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Marche à la mémoire de Jannai Dopwell-Bailey, poignardé devant son école

Des marcheurs portant des ballons bleus.

La marche s'est déroulée samedi après-midi dans les rues de Montréal.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Plusieurs dizaines de personnes se sont réunies samedi après-midi à la mémoire de Jannai Dopwell-Bailey, un jeune de 16 ans poignardé devant son école dans le quartier Côte-des-Neiges, à Montréal, en octobre.

Sa mère éplorée, Charla Dopwell, marchait aux côtés des siens. Elle était aussi très en colère. J'ai envoyé mon fils à l'école et il n'est jamais revenu, jamais revenu. C'est très triste, a-t-elle dit.

Jannai Dopwell-Bailey était un élève de l'école secondaire anglophone Programme Mile End, située dans le sous-sol d'une autre école, Coronation Elementary.

Selon la police, une bagarre a éclaté devant l'école et Jannai Dopwell-Bailey a été poignardé au haut du corps. Il s'est ensuite précipité à l'intérieur de l'école pour demander de l'aide avant d'être transporté d'urgence à l'hôpital, où il est plus tard décédé. Deux suspects ont été inculpés de meurtre au deuxième degré.

Des gens se recueillent près d'un portrait de Jannai Dopwell.

Des proches de Jannai Dopwell s'étaient réunis pour honorer sa mémoire après sa mort, en octobre.

Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Hugues

La nouvelle mairesse de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, Gracia Kasoki Katahwa, comptait parmi les marcheurs. C'est absolument inacceptable qu'un jeune se fasse tuer en sortant d'une école. Ce n'est pas quelque chose que l'on veut dans notre société, a déclaré Gracia Kasoki Katahwa.

« Je vais faire tout ce qui est en mon pouvoir pour entrer en contact avec les organismes communautaires qui travaillent avec nos jeunes, qui les connaissent, pour voir avec eux ce qu'on peut faire… »

— Une citation de  Gracia Kasoki Katahwa, mairesse de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce

Charla Dopwell a aussi reçu la visite de la mairesse Valérie Plante, avec qui elle dit avoir eu une bonne conversation. Elle m'a apporté des fleurs.

La mère de Jannai Dopwell-Bailey lors d'une marche en hommage à son fils.

La mère de Jannai Dopwell-Bailey, un jeune homme tué en octobre dernier à l'extérieur de son école.

Photo : Radio-Canada

Cette rencontre est survenue après des critiques selon lesquelles les politiciens ne portaient pas attention au dossier de Jannai Dopwell-Bailey en raison de sa couleur de peau.

Valérie Plante et le premier ministre François Legault ont tous deux assisté à une commémoration organisée en mémoire de Thomas Trudel, un adolescent blanc tué par balles en pleine rue dans le quartier de Saint-Michel en novembre.

Ni l'un ni l'autre n'étaient présents aux commémorations pour Jannai.

En entrevue avec CBC News vendredi, Charla Dopwell a refusé d'émettre de commentaires à ce sujet, mais a indiqué qu'elle exprimait sa sympathie aux parents du jeune Thomas Trudel et à ceux de Meriem Boundaoui, une adolescente de 15 ans tuée dans une fusillade à Saint-Léonard en février.

Je connais leur douleur, a dit Mme Dopwell. Je vais dans la chambre de mon fils tous les jours et je prie, et je pense à ces parents et à ces enfants dans mes prières.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !