•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les eaux baissent, mais le retour à la maison reste difficile en Colombie-Britannique

Le corridor de la maison d'une évacuée de Merritt, en Colombie-Britannique.

De la boue et des débris laissés par les inondations dans le couloir d'une maison à Merritt.

Photo : Radio-Canada / Katie Nicholson

Radio-Canada

Alors que la pluie a cessé de tomber sur les zones inondées du sud-ouest de la Colombie-Britannique, des évacués qui regagnent enfin leurs maisons constatent des dommages significatifs à leurs résidences. Certains sont aussi confrontés à des épisodes neigeux qui ont recouvert une partie de la région.

Selon le maire d’Abbotsford, Henry Braun, le niveau d’eau dans la prairie Sumas a baissé de 60 cm en deux jours.

Les résidents de quelque 265 propriétés de ce secteur qui avaient dû partir ont pu regagner leurs maisons vendredi. Toutefois, certains qui habitent dans la zone nommée fond du lac pourraient devoir attendre plusieurs semaines avant de pouvoir rentrer chez eux, a précisé Henry Braun.

On ne peut toujours pas voir le vieux canal ni certains ponts, a expliqué le maire.

Les dommages infligés aux infrastructures de la région font également en sorte que le secteur de la prairie Sumas ne sera pas complètement connecté aux services de la Ville durant au moins deux semaines encore.

Michelle Hintz, de Merritt, en Colombie-Britannique, et sa baignoire, qui s'est remplie d'eau sale.

De l'eau sale et de la boue sont remontées par les tuyaux et ont rempli la baignoire de Michelle Hintz, de Merritt.

Photo : Radio-Canada / Katie Nicholson

À Merritt, la plupart des résidents qui avaient été évacués de cette ville de 7000 habitants peuvent désormais regagner leurs maisons, mais près de 400 propriétés demeurent interdites d'accès.

Le responsable des mesures d'urgence de Merritt, Alan Stebbing, ajoute que les dégâts aux systèmes d'égout, aux conduites d'eau et au réseau électrique rendent ces maisons potentiellement inhabitables.

La ville fait par ailleurs l'objet d'un avis d’ébullition. Si certaines écoles ont pu rouvrir, les écoles élémentaires Merrit Central et Diamond Vale ainsi que l'école secondaire de Merritt sont fermées indéfiniment.

La boue qui est entrée dans la chambre à coucher de deux évacués de Merritt, en Colombie-Britannique

La chambre à coucher de Michelle et James Hintz, à Merritt, 17 jours après que la maison a été inondée

Photo : Radio-Canada / Katie Nicholson

La moisissure sur un meuble dans une maison qui a subi des inondations à Merritt, en Colombie-Britannique.

La moisissure qui recouvre un meuble de Michelle et James Hintz, qui ont dû évacuer leur maison à Merritt, en Colombie-Britannique

Photo : Radio-Canada / Katie Nicholson

Une fin de semaine bien hivernale

Des régions du sud de la Colombie-Britannique dont la vallée du Fraser, qui a subi les pires inondations, attendaient jusqu’à 15 cm de neige samedi.

Le météorologue de sensibilisation aux alertes à Environnement Canada, Armel Castellan, affirme que si les températures hivernales posent un défi aux automobilistes, elles peuvent aider les travaux de réparation et de nettoyage.

Les conditions plus fraîches sont d’une aide pour stabiliser l’environnement. On voit que les conditions s’améliorent, dit-il.

Selon Andrew Giles du Centre de prévision des régimes fluviaux, il y a de fortes chances que les températures hivernales réduisent l’alimentation des rivières déjà gonflées par la pluie et diminuent aussi la fonte des neiges à des altitudes plus élevées. Elles feront baisser également les niveaux du fleuve Fraser.

Une propriété inondée et enneigée à Tulameen, en Colombie-Britannique.

L'entrée d'une propriété qui a été emportée par la montée des eaux, à Tulameen.

Photo : Radio-Canada / Maggie MacPherson

Par ailleurs, la route 99 qui avait été fermée entre Pemberton et Lillooett à cause d'un glissement de terrain, a pu rouvrir à la circulation samedi. Des routes plus importantes, comme la Transcanadienne, restent interdites à la circulation sur certains tronçons en raison des dégâts provoqués par les inondations.

Avec les informations de Chloé Dioré de Périgny et de Katie Nicholson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !