•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La réforme municipale, sujet de l’heure à l’assemblée des municipalités francophones

Des personnes sont assises dans une salle de réunion.

Le congrès annuel de l'Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick, le 4 décembre 2021 à Moncton.

Photo : Radio-Canada / Serge Clavet

Radio-Canada

L'Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick (AFMNB) tient son congrès annuel cette fin de semaine à Moncton.

Les élus ont eu l'occasion de faire le point sur la réforme majeure de la gouvernance locale, dont les premières étapes doivent débuter dès janvier prochain.

C'est inévitable parce que le livre blanc ne répond pas à toutes les questions, mais il y a un niveau d'acceptabilité très élevé note Yvan Godin, président par intérim de l'Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick et maire de Bertrand.

« C'est inévitable qu'il y ait beaucoup de questions. »

— Une citation de  Yvon Godin
Un homme d'âge mûr, souriant, à l'extérieur d'une salle de réunion.

Yvon Godin.

Photo : Radio-Canada / René Landry

Un grand chantier qui commence

Les prochaines années s'annoncent mouvementées pour les municipalités du Nouveau-Brunswick. Si les éléments connus de la réforme de la gouvernance locale reçoivent un accueil somme toute favorable chez les élus, plusieurs interrogations demeurent.

La question des finances est loin d'être réglée, dans le sens que: oui d'ici 2022, on a des réponses, mais l'après? Il faudra discuter de ça, de la péréquation à nos entités qui sont moins grosses, admet Yvon Godin.

Le témoignage de « ceux et celles qui l'ont vécu »

Une soixantaine de fusions d'entités municipales doivent se faire en janvier 2023. Des communautés se montrent encore hésitantes.

Le processus de fusion comporte son lot de défis, ce qu'a tenu à rappeler la mairesse Louise Landry.

Beaubassin-Est a connu une fusion 15 ans passés, rappelle-t-elle en parlant de sa communauté.

Ç'a été une fusion de six communautés. On a vécu beaucoup de réalisations importantes, mais on a rencontré plusieurs défis importants, souligne Mme Landry.

La mairesse estime qu'il faut compter plusieurs années avant que l'acclimatation soit terminée.

Louise Landry.

La mairesse de Beaubassin-Est, Louise Landry, au congrès de l'Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick, le 4 décembre 2021 à Moncton.

Photo : Radio-Canada / Serge Clavet

Beaubassin-Est s'apprête à vivre une nouvelle fusion, cette fois-ci avec le village de Cap-Pelé.

Louise Landry appelle ses collègues à collaborer dans les prochaines années, qui seront des années charnières, estime-t-elle.

« Je pense que c'est une réforme ambitieuse, oui, mais c'est une réforme nécessaire pour les communautés, ici au Nouveau-Brunswick. »

— Une citation de  Louise Landry

Le ministre des Gouvernements locaux et de la Réforme de la gouvernance, Daniel Allain, s'est fixé un échéancier serré pour concrétiser cette réforme.

Pour y parvenir, il compte mettre en place des équipes qui veilleront au grain pendant les années qui vont suivre, laisse-t-il entendre. Il qualifie 2022 d'année de transition.

C'est une année qui va nous donner une [loi] et qui va aussi nous donner un plan pour atteindre les objectifs du [livre blanc], souligne le ministre Allain.

Un « accompagnement » pour les années à venir

Plusieurs municipalités ont exprimé leur souhait d'être soutenues et entendues par Fredericton pour l'ensemble de la mise en oeuvre de cette réforme, et pas seulement au courant de la prochaine année.

Kevin Arseneau, député du Parti vert du Nouveau-Brunswick dans Kent-Nord

Kevin Arseneau, député du Parti vert du Nouveau-Brunswick dans Kent-Nord, au congrès de l'Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick, le 4 décembre 2021 à Moncton.

Photo : Radio-Canada / Serge Clavet

Le député de Kent-Nord, Kevin Arseneau, est du même avis. Moi, ce que je souhaite, c'est que le ministre et le ministère restent extrêmement ouverts et flexibles à travers la conversation. Parce que, sincèrement, je veux voir cette réforme fonctionner.

Louise Landry croit qu'un accompagnement auprès des nouvelles municipalités serait souhaitable pendant les années à venir, au moins pendant le premier mandat des élus des nouvelles entités.

Le projet de loi sur la réforme de la gouvernance locale sera adopté à l'Assemblée législative avant le temps des fêtes.

Avec des informations de Sarah Déry

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !