•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Moisson Manitoba craint de ne plus répondre à la demande croissante faute de bénévoles

Un homme avec un masque place de la nourriture dans des boites.

L'organisme nourrit 80 000 Manitobains par mois à travers 325 banques alimentaires.

Photo : Radio-Canada / Jaison Empson

Radio-Canada

L’organisme Moisson Manitoba fait actuellement face à un manque criant de bénévoles et dans le même temps le nombre de personnes qui sollicitent ses banques alimentaires ne cesse d’augmenter.

Actuellement, l’organisme s’appuie sur les services de 60 bénévoles à son entrepôt alors qu’il a besoin de 100 personnes.

À cette allure, Moisson Manitoba qui nourrit 80 000 Manitobains par mois craint de ne pouvoir répondre à l’ampleur de la demande si la pénurie de bénévoles persiste.

Ils peuvent se porter volontaires pour conduire un camion ou simplement travailler dans un entrepôt. Nous pouvons avoir des [bénévoles] à la réception. Nous avons des tâches administratives à accomplir, indique la superviseure des bénévoles de Moisson Manitoba, Snookie Vallejo-Tumlos.

Plus particulièrement en hiver, nous avons besoin de personnes pour le centre d'appels, ajoute-t-elle.

L'entrepôt de l'organisme trie près de cinq millions de kilogrammes (11 millions de livres) de nourriture par an, qu'il distribue à 325 banques alimentaires et autres organismes de la province.

Mme Vallejo-Tumlos explique que la pandémie a contribué à la dégradation de la situation, et plusieurs bénévoles sont partis depuis que l’organisme a rendu la vaccination obligatoire.

Plusieurs bénévoles et employés de l’organisme sont d'anciens ou d'actuels utilisateurs de la banque alimentaire qui décident de redonner à la communauté, mentionne la coordonnatrice des bénévoles, Margo Jesso.

Nous venons tous d'horizons différents et nous avons tous des raisons différentes de nous débattre dans la vie ou autre chose, souligne-t-elle.

À travers leur implication, de nombreux bénévoles tentent de renforcer leurs compétences, de rencontrer de nouvelles personnes et de nouer des relations avec les personnes qu’ils aident.

Une étude récente de l'organisme a conclu que 8 de ses clients sur 10 sont des femmes âgées en moyenne de 50 ans. Le rapport ajoute que plus de la moitié des personnes ne sont pas en couple et deux tiers n’ont pas d’enfants dépendants.

Avec les informations de Marina Von Stackelberg

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !