•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sherbrooke paiera pour la vérification du passeport vaccinal dans les arénas

Un partisan des Olympiques présente son passeport vaccinal.

Les coûts liés à la validation du passeport vaccinal seront maintenant assumés par la Ville de Sherbrooke.

Photo : Radio-Canada / Alexander Behne

Dès lundi, la Ville de Sherbrooke déboursera plus de 10 000 $ par semaine pour assurer la présence de la main-d'œuvre nécessaire à la vérification du passeport vaccinal dans les sept arénas de la ville.

Depuis le 17 novembre, la vérification de la preuve vaccinale est requise pour tous les spectateurs, autant lors des matchs que lors des entraînements.

Ce qui est nouveau depuis le 15 novembre, c'est qu'on peut avoir autant de spectateurs qu'on veut, mais on doit vérifier le passeport vaccinal de l'ensemble d'entre eux, explique Nicolas Vanasse, le chef de division des sports et des loisirs à la Ville de Sherbrooke.

« Il y a toute la notion de la pertinence d'avoir des gens dans les gradins pour l'encouragement, de vivre une expérience loisir qui est optimale pour les jeunes. »

— Une citation de  Nicolas Vanasse, chef de division des sports et des loisirs à la Ville de Sherbrooke

La Ville paiera pour la présence d'un gardien de sécurité du lundi au vendredi de 17 h à 22 h et les fins de semaine.

On a pris la décision de se diriger vers un service de gardiens de sécurité. Nos employés n'étaient pas disponibles pour l'ensemble des heures et des lieux à couvrir et les bénévoles non plus, justifie Nicolas Vanasse.

Des associations en manque de ressources

Jusqu'à maintenant, Hockey Sherbrooke et les autres associations sportives étaient responsables d'effectuer la vérification de la preuve vaccinale à l'entrée des arénas. Toutefois, les nouvelles mesures demandaient trop de ressources.

On ne voyait pas comment déployer des dizaines de bénévoles chaque semaine pour procéder à la vérification du passeport vaccinal, illustre Stéphane Dion, le directeur général de Hockey Sherbrooke.

« Juste au hockey, on parle d'une moyenne de 250 heures par semaine où on est dans les différents arénas; ne pas assumer cette dépense-là, c'est quelque chose qui nous aide énormément. »

— Une citation de  Stéphane Dion, directeur général de Hockey Sherbrooke

Néanmoins, l'aide proposée par les bénévoles profitera aux organismes qui les auront recrutés. Une compensation financière leur sera offerte, le cas échéant.

Un service au moins jusqu'à Noël

La Ville assure avoir les fonds nécessaires pour payer la facture hebdomadaire de 10 000 $ plus taxes pour les sept arénas municipaux.

Il faut comprendre que plusieurs événements n'ont pas eu lieu. C'est pourquoi cette mesure-là est possible, mais il faut comprendre qu'on ne pourra pas soutenir cette cadence-là ad vitam aeternam. D'ici le temps des Fêtes, c'est l'orientation qui a été prise, souligne Nicolas Vanasse.

Sherbrooke entend aussi revoir régulièrement sa façon de faire afin d'ajuster le nombre d'agents de sécurité requis.

Ce plan-là va être évalué chaque semaine pour s'adapter si jamais il y a des changements dans les mesures et aussi pour améliorer le service, précise Nicolas Vanasse.

En plus du passeport vaccinal, les spectateurs doivent respecter d'autres mesures sanitaires, dont le port du masque en tout temps.

Avec les informations de Jean Arel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !