•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Coopérative d’eau de la vallée de la Pembina bonifie un projet à Letellier

L'organisme est retourné à la table à dessin pour adapter son projet aux sécheresses.

Une usine jaune dans un endroit rural, avec un cours d'eau en avant-plan.

La station de traitement des eaux de Letellier, dans le sud du Manitoba, à 95 kilomètres de Winnipeg.

Photo : Coopérative d'eau de la vallée de la Pembina

La sécheresse qu’a connue le sud du Manitoba cet été a incité la Coopérative d’eau de la vallée de la Pembina à revoir son projet d’infrastructure pour la station de traitement des eaux de Letellier. La Coopérative veut ainsi améliorer ses chances d’approvisionnement en eau en cas de nouvelle sécheresse.

Au départ, le projet consistait à doubler le tuyau pour augmenter la capacité de pompage de la station et la construction d’un nouveau réservoir souterrain. La Coopérative d’eau de la vallée de la Pembina a reçu plus de 6,8 millions de dollars des gouvernements fédéral et provincial pour ce projet. Elle a contribué, pour sa part, à hauteur de 2,4 millions de dollars.

La sécheresse a toutefois poussé l’organisation à tirer des leçons de ces circonstances pour revoir et modifier le projet afin de s’assurer une source d’eau plus stable, comme l’explique le directeur général, Greg Archibald.

Nous avons décidé de changer la source d’où provient l’eau afin de nous préparer et d'avoir un meilleur approvisionnement en eau, ce dont la région a besoin.

Ainsi, au lieu de diriger les tuyaux vers le nord de la station, ils iront vers l’est, tout près du pont de la route 201.

Ils seront plus gros, dans une source d’approvisionnement plus grande et ils seront installés plus profondément, indique M. Archibald.

Greg Archibald, dans un bureau, montre un téléviseur sur lequel est affichée une carte.

Greg Archibald, directeur général de la Coopérative d'eau de la vallée de la Pembina.

Photo : Greg Archibald

« C’est tellement profond, que la rivière pourrait difficilement s’assécher. Donc, on aura une bonne source d’eau et on sera capable de la puiser vers l’usine. C’est vraiment un bon projet. »

— Une citation de  Greg Archibald, directeur général de la Coopérative d'eau de la vallée de la Pembina

La station de Letellier dessert 7 des 14 municipalités membres de la Coopérative, allant d’Emerson et Franklin jusqu’à Morden et Winkler.

Ce changement fait en sorte que la facture du projet gonfle à 15,8 millions de dollars et que la contribution de la Coopérative d’eau de la vallée de la Pembina passe à 8 millions de dollars, souligne le directeur général de l’organisme.

Le projet est encore à sa phase de conception et la Coopérative doit toujours acquérir une parcelle de terrain près de la rivière pour y construire une bâche d’aspiration, soit le compartiment d’un poste de pompage d’où les pompes aspirent l’eau qui s’y accumule. Celle-ci sera reliée à l’usine de traitement d’eau.

En septembre, des travaux préparatoires ont commencé. Toutes les phases des travaux devraient être terminées en 2023.

Au cours des derniers jours, le gouvernement manitobain a confirmé, par voie de communiqué, un financement de plus de 6 millions de dollars pour soutenir les projets d’infrastructures hydriques de la Coopérative à Morden et les environs, dont une enveloppe de 3,1 millions destinée à la station de Letellier.

D’autres solutions sont également étudiées pour limiter les conséquences d’une éventuelle sécheresse, dont la construction d’un étang de stockage d’eau à Emerson.

Sécheresse printanière : l’optimisme que ce soit évité

À la mi-octobre, le bas niveau de la rivière Rouge inquiétait les autorités, qui craignaient que la rivière ne gèle du fond jusqu’à la surface, ce qui nuirait aux communautés qui y puisent leur eau potable.

Ces craintes semblent s’être dissipées, indique Greg Archibald, parce que la pluie de l’automne a ramené la rivière à un niveau plus rassurant.

Il y a plus de courant dans la rivière Rouge, et le niveau est plus élevé à Emerson qu’il ne l’était en juin, se réjouit M. Archibald.

Des cailloux dans la rivière Rouge

La rivière Rouge, au Manitoba, cet été.

Photo : Pembina Valley Water Cooperative

Il craignait aussi la que la sécheresse ne se poursuive au printemps.

M. Archibald et son équipe continueront à surveiller la situation. Il espère que Dame nature sera généreuse en neige cet hiver pour consolider les niveaux d’eau dans les cours d’eau.

Les 14 municipalités de la vallée de la Pembina qui étaient sous le coup d’un état d’urgence afin de réduire de 15 % leur utilisation d’eau, en raison de la sécheresse extrême de la région, en ont été libérées le 26 octobre.

En entrevue à Radio-Canada, en octobre, M. Archibald disait qu'il s’attendait à ce que cet état d’urgence soit maintenu pour l’hiver.

Toutefois, dans un message sur son site Internet, la Coopérative encourage la population à continuer d’utiliser l’eau de manière judicieuse.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !