•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La famille Dufour en tournée dans le Bas-Saguenay

Une famille.

La famille Dufour offre trois concerts samedi après-midi.

Photo : Crédit : Sandra Rossignol

Radio-Canada

Le spectacle ambulant La veillée des Dufour est de retour pour le temps des Fêtes. Cette année, la famille Dufour se rend même dans des municipalités du Bas-Saguenay pour faire résonner la musique traditionnelle québécoise.

D'abord à Saint-Félix d'Otis, ensuite à Ferland-et-Boilleau, puis au Vieux Théâtre de La Baie, où la soirée va se conclure.

On sent que le monde après la COVID-19 a vraiment besoin de s'amuser et nous on va rendre les cœurs joyeux, raconte Éric Dufour, interrogé avant son premier concert.

Depuis 30 ans, les Dufour font danser les chaumières en chantant des classiques. Une troisième génération de la famille s’est intégrée à la joyeuse équipe pour perpétuer la tradition.

C’est le cas d’Alexandra Dufour, qui a pour mission de divertir l’assistance.

On aura des chansons à répondre, du rigodon. On s'attend à ce que les gens ne restent pas trop assis; ça ne peut pas être plate, dit-elle en riant.

Tous les fonds amassés durant les concerts seront remis à la Maison des familles de La Baie et à la Popote mobile de La Baie.

La Popote mobile est dirigée par Denise Gaudreault. L’organisme livre des repas tous les jours à des personnes âgées ou en perte d'autonomie. La pandémie a eu tendance à isoler les 65 ans et plus, remarque Mme Gaudreault.

Les personnes âgées sont souvent isolées et, au cours de la dernière année, elles l'ont été encore plus. On y va tous les jours pour livrer des repas. Dans certains cas, on est les seuls qu'ils vont voir dans leur journée.

La Popote mobile livre près de 125 repas par jour seulement dans le secteur de La Baie.

La Maison des familles est un milieu de vie qui organise des activités pour parents et enfants.

Depuis quelques mois, 211 familles ont franchi la porte de la maison. C’est une augmentation nette depuis la pandémie, souligne la directrice, Nadine Milliard.

C'est souvent des gens seuls qui viennent prendre un café, discuter et partager des moments avec des familles.

Financer ces organismes est un défi quotidien, selon Nadine Milliard.

On doit vraiment aller chercher du financement, et quand il arrive des activités comme ça, c'est une surprise et ça change les choses.

À partir d'entrevues de Jean-François Coulombe

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !