•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bandes dessinées : humour et enquêtes au menu

Un montage des couvertures des trois albums de bédé.

Trois suggestions de bandes dessinées : «Les vieux maudits», «Moon River» et «Titre».

Photo : Leif tande (La Pastèque) / Fabcaro (Six pieds sous terre) Ami Inintéressant (Lapin)

Voici notre suggestion de trois bandes dessinées où les enquêtes et l’humour sont à l’honneur, à différents niveaux.


Les vieux maudits (La pastèque)
Leif Tande
56 pages


Leif Tande est de retour avec ce nouvel album où l’action se déroule dans la résidence pour personnes âgées Le Saule Rieur. Bizarrement, plusieurs bénéficiaires meurent dans un court laps de temps. La situation peut paraître normale dans une telle résidence, mais les circonstances restent nébuleuses.

L'auteur a construit son histoire autour du couple de Solange et de Raymond. Malgré leur âge avancé, l’amour, la tendresse et la bienveillance les unissent toujours. Heureusement, car les ragots et la médisance sont nombreux à la résidence!

« C’est fou pareil… deux suicides. Ça me stresse! Tout d’un coup que je me suicide, moi aussi! »

— Une citation de  Extrait de Les vieux maudits de Leif Tande

L’histoire visite un univers rarement exploité, où les pilules et le bridge font partie du quotidien. Leif Tande parle habilement de la mort qui dérange, dans un milieu où pourtant, elle est omniprésente.

Deux pages de bande dessinée où l'on suit deux personnes âgées. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Extrait de la bande dessinée Les vieux maudits de Leif Tande.

Photo : Leif tande (La Pastèque)

Le type de dessin d’Éric Asselin, qui publie sous le nom Leif Tande, est facile identifiable. Il crée des visages bien particuliers avec un trait de crayon gras et robuste. Il affectionne les gros plans. Son style contraste bien dans ce contexte de vieillesse qui est souvent associée à la fragilité.


Moon River (Six pieds sous terre)
Texte et dessin: Fabcaro
80 pages


Moon River se déroule dans les années 50, à Hollywood. La célèbre actrice Betty Pennyway sera victime d’un crime. L’inspecteur Hernie Baxter remue tout le monde du cinéma pour trouver le coupable.

Un polar. Par Fabcaro. Sans blague? Il faut se rappeler que l’auteur avait publié il y a quelques années Carnet du Pérou, alors qu’il avoue dans la bédé ne jamais y avoir mis les pieds.

Mais cette fois-ci, il y a bel et bien une enquête. Un crime a été commis. Un crime ridicule, mais un crime.

Deux pages de la bande dessinée où l'on voit les personnages qui tournent une scène de film western et ensuite la jeune femme qui va au lit. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Extrait de la bande dessinée Moon River de Fabcaro.

Photo : Fabcaro (Six pieds sous terre)

Avec Moon River, Fabcaro ne se réinvente pas, au contraire. Il exploite ses procédés comiques habituels comme jamais, avec son humour absurde et décalé.

Les frontières se croisent entre l’histoire principale et les apartés autobiographiques. Petit rappel: l’enquêteur principal s’appelle Hernie. Il suffit de lire entre les lignes pour comprendre de quel mal souffrait Fabcaro au moment de l'écriture.

Ce style est 100% assumé par l’auteur. Pour en ajouter une couche, la couverture noire est rembourrée et texturée avec l’inscription en couleur argentée. Le tout ajoute un chic et un luxe à l'objet, comme pour narguer le lecteur.

« - J’en ai vu d’autres, et des biens pires...
- L’affaire de la coupe mulet?
- Je préfère ne pas en parler, si ça vous dérange pas…  »

— Une citation de  Extrait de Moon River de Fabcaro

En deux mots: c’est niaiseux. En trois? C’est très niaiseux.


Titre (Lapin)
Texte et dessin: Ami inintéressant
100 pages


Puisque la page couverture de cette nouveauté des Éditions Lapin fait référence à Fabcaro (voir image d’en-tête), pourquoi ne pas en glisser un mot? Oui, la bande dessinée s’appelle Titre.

Le livre de petit format propose des gags en quatre cases dans l’univers du bureau et du travail. L’auteur, Pascal Galibourg de son vrai nom, se met souvent en scène dans ces courtes histoires. Il avait publié ces dessins sur son compte Instagram.

Un dessin simple et efficace. Un genre déjà vu, mais sympathique.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !