•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Overcoming the Neutral Zone Trap : quand on a mal à son hockey

Le hockey est-il assez ouvert? De récents actes racistes tendent à prouver le contraire, car ce n'est pas facile d'aimer ce sport quand on est différent. Un nouveau livre se penche sur le monde très conservateur du hockey, qui est pris dans une « trappe ».

Livre à côté d'un masque de gardien de but.

Le livre « Overcoming the Neutral Zone Trap » explore une panoplie de sujets sur le hockey, un sport plutôt conservateur.

Photo : Radio-Canada / François Le Blanc

Inclusion, innovation et hockey. C'est un trio qui devrait être gagnant, mais qui n'a pas nécessairement développé une « bonne chimie », pour reprendre une expression sportive.

C'est ce qui ressort d'Overcoming the Neutral Zone Trap. Le livre paru jeudi démontre qu'il est très difficile de percer le monde conservateur du hockey.

On a souvent une vision très pointue de ce qu'est le hockey et d'être un athlète dans ce sport, explique Cheryl MacDonald, coéditrice de ce livre. Mon but, c'est de motiver les gens, de leur voir qu'il y a plusieurs différences, mais, que finalement, on aime tous ce sport.

Femme souriant à la caméra.

Cheryl MacDonald est professeur de sociologie du sport à l'Université Saint-Mary's à Halifax.

Photo : Ian Selig

Il est très ardu de sortir des sentiers battus, de défier les normes établies. On constate aussi que l'homosexualité, la diversité et l'accessibilité sont encore des sujets difficiles à aborder.

D'ailleurs, le terme de « la trappe », dans le titre, fait référence à la stratégie utilisée par des équipes, sur la glace, pour empêcher l'adversaire de marquer.

Cette façon de faire, fortement critiquée, a étouffé la créativité des meilleurs joueurs dans les années 1990.

La trappe est aussi une métaphore sur l'ouverture du monde du hockey sur la vie, selon Cheryl MacDonald.

Des joueurs sont sur la glace, on les voit au travers d'une baie vitrée. Un graphique de hockey est imprimé sur la vitre.

Les partisans ont souvent dit que la trappe est de l'anti-hockey.

Photo : Radio-Canada / François Le Blanc

Sur la glace, cette stratégie crée une barrière, explique la professeure en sociologie à l'Université Saint Mary's, à Halifax.

Dans la communauté du hockey, dans les études sociales, on trouve qu'il y a des barrières comparables, des défis identiques pour la participation, l'inclusion et être accepté dans ce jeu.

Le hockey fait partie de la culture canadienne. C'est ancré profondément dans la vie des gens.

« Des fois, comme fan, comme partisane de hockey, c'est difficile de critiquer le sport, d'avoir un esprit critique, parce qu'on l'adore vraiment. »

— Une citation de  Cheryl MacDonald

Le hockey est-il un sport assez ouvert? C'est la question que bien des gens se demandent, surtout après la mise au grand jour d'actes racistes lors d'un tournoi de hockey à l'Île-du-Prince-Édouard, envers un adolescent d'Halifax.

Overcoming the Neutral Zone Trap n'est pas relié à cette histoire, mais la réflexion proposée arrive à point avec l'actualité.

Homme joufflu avec des lunettes.

Jonathon Edwards est vice-doyen à la faculté de kinésiologie à l'Université du Nouveau-Brunswick.

Photo : Université of Alberta Press

Le livre est écrit par un collectif d'auteurs : il y a d'anciens hockeyeurs, des parents et des universitaires.

Jonathon Edwards, de l'Université du Nouveau-Brunswick (Université du Nouveau-Brunswick), a été le coéquipier de Cheryl MacDonald pour concocter l'ouvrage.

On voulait une combinaison de recherches [universitaires] et d'histoires personnelles, souligne la sociologue spécialisée dans le sport. C'est important d'avoir un aspect humain dans nos histoires. Si on fait des livres juste pour les universitaires, ce n'est pas utile pour joindre tout le monde.

Parmi les sujets abordés, il est question des joueurs universitaires canadiens qui sont boudés par la Ligue nationale de hockey, malgré la qualité du jeu dans l'U Sports.

Joueurs en action devant le gardien de but.

Contrairement aux États-Unis, le hockey universitaire canadien n'est pas considéré, par la LNH, comme un bassin intéressant pour le recrutement.

Photo : Normand Léger / Université de Moncton

On y parle aussi, par exemple, de l'expérience de parents de hockeyeurs, de l'accessibilité du sport, des inégalités et des raisons pour lesquelles des joueurs professionnels n'affichent pas leur homosexualité dans la Ligue nationale de hockey.

Cheryl MacDonald et Jonathon Edwards veulent repousser les barrières.

Il a fallu de nombreuses années aux entraîneurs pour résoudre en partie la trappe et donner un nouveau souffle aux joueurs d'attaque sur la glace.

Les auteurs espèrent que leurs réflexions dans ce livre feront de même auprès des penseurs plus conservateurs du hockey.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !