•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dose de rappel : ce que les Britanno-Colombiens doivent savoir

Une personne reçoit une dose de vaccin.

Le Comité national de l'immunisation recommande de recevoir une dose de rappel du vaccin contre la COVID-19 six mois après avoir reçu sa deuxième dose.

Photo :  CBC / Evan Mitsui

Le ministre de la Santé de la Colombie-Britannique, Adrian Dix, s’est fait rassurant à la suite de la plus récente recommandation du Comité national de l'immunisation, qui préconise l'administration de la dose de rappel du vaccin 6 mois après la deuxième.

Le ministre Adrian Dix confirme que les Britanno-Colombiens pourront recevoir leur dose de rappel du vaccin contre la COVID-19 au moment approprié. Il ajoute que la province a même pris de l'avance sur son échéancier.

Adrian Dix précise que les personnes plus vulnérables, dont les personnes âgées et celles qui ont une maladie chronique, ont déjà reçu leur dose de rappel. Tous les résidents de centre de soins de longue durée aussi ont déjà reçu leur 3e dose.

Le ministre de la Santé est par ailleurs d’avis que ces 3e doses ont déjà eu un effet positif sur la propagation de la COVID-19.

« Le 1er novembre, il y avait 23 éclosions de cas de COVID-19 dans des centres de soins de longue durée et aujourd’hui, il y en a juste 2. »

— Une citation de  Adrian Dix, ministre de la Santé, Colombie-Britannique
Une préposée portant un masque et des gants prépare une dose de vaccin.

Pfizer et Moderna ont déjà annoncé qu’ils s’attaquent à la création d’une nouvelle recette de leur vaccin qui permettrait de résister au variant Omicron.

Photo : Reuters / Emily Elconin

En Colombie-Britannique, la majorité des personnes ont reçu leur deuxième dose en juin et en juillet, explique le ministre de la Santé, ce qui fait que la majorité auront besoin de leur dose de rappel [six mois plus tard] en janvier et en février.

Deux cents pharmacies travaillent présentement avec la province, ajoute-t-il, pour administrer des doses de rappel aux personnes plus vulnérables. D’ici janvier, 1000 pharmacies seront en mesure de le faire. Les gens pourront donc prendre un rendez-vous à une clinique de vaccination ou à la pharmacie.

À qui donner la 3e dose?

Dans la mesure où la protection offerte par les vaccins tend à diminuer avec le temps, notamment chez les personnes âgées, l'administration d'une dose de rappel de vaccin à ARN messager permettra de renforcer significativement l'immunité des Canadiens, selon l’administratrice en chef de l'Agence de la santé publique du Canada, Theresa Tam, lors d’une séance d'information technique.

Le comité d’experts recommande par ailleurs fortement que les personnes qui ont reçu une série complète de doses de vaccin Oxford-AstraZeneca ou Janssen (Johnson & Johnson) reçoivent également une dose de rappel.

Mais, ajoute le Comité consultatif national de l'immunisation, au-delà de l'offre d'une dose de rappel, la priorité absolue des autorités doit demeurer l'administration des deux premières doses de vaccin au plus grand nombre de personnes possible.

Bientôt offerte à tous

À compter de la mi-janvier 2022, les travailleurs de la santé, puis l’ensemble des Britanno-Colombiens âgés de plus de 12 ans pourront recevoir leur troisième dose.

Le vaccin AstraZeneca étant mis au rencart, seuls les vaccins de Pfizer-BioNtech et de Moderna seront offerts. Il n’est pas nécessaire d’harmoniser la dose de rappel avec celles reçues la première et la deuxième fois, indique la responsable de la campagne d’immunisation, la Dre Penny Ballem.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !