•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une pénurie de papier frappe l’industrie du livre 

Des livres sur des étagères dans une librairie.

La disponibilité du papier ne suffit pas à la demande, et certains livres attendus avant Noël ne sont toujours pas disponibles.

Photo : Radio-Canada / Yannick Cournoyer

Radio-Canada

Alors que la période du magasinage du temps des Fêtes bat son plein, la chaîne de production du livre continue d'être confrontée à des enjeux majeurs. La disponibilité du papier ne suffit en effet pas à la demande, et certains ouvrages attendus avant Noël ne sont toujours pas sur les rayons.

Ce manque de papier représente du jamais vu en 35 ans de carrière pour Gilles Blais, le président de l’entreprise d’imprimerie Précigrafik.

Gilles Blais dans son entrepôt.

Gilles Blais est le président de Précigrafik.

Photo : Radio-Canada / Thomas Deshaies

Selon lui, plusieurs facteurs expliquent la pénurie de papier, dont une forte augmentation de la demande alors que le marché était en déclin. Certains moulins de papier, en voyant la décroissance pour la demande du papier, se sont convertis vers des lignes d’affaires pour produire du papier d’emballage qui, elles, connaissent une forte croissance de l’industrie, explique-t-il. 

La rareté du papier cause des maux de tête aux imprimeurs.

« On peut s’informer, le papier va être disponible, mais au moment où le client va confirmer, en après-midi la journée même, le papier n’est plus disponible. »

— Une citation de  Gilles Blais, président de Précigrafik
Une presse d'imprimerie industrielle.

Les imprimeries font face à des imprévus en raison d'un manque de papier.

Photo : Radio-Canada / Yannick Cournoyer

Les éditeurs de livres et les libraires dans l’inconnu

Les impacts de la rareté du papier sont aussi bien concrets pour les éditeurs de livres, soutient Véronique Loranger, directrice de production chez Québec Amérique. 

On fait des dictionnaires. On a un titre qu’on a imprimé à l’étranger [...] On attend toujours le livre à ce jour. Il n’est pas encore rentré. On avait aussi un titre qu’on a dû reporter au printemps, indique-t-elle.  

Le milieu de l’édition tente cependant de s’unir pour faire face au problème. On essaie de se regrouper. Il y a un regroupement d’éditeurs qui se fait en ce moment. On essaie de se serrer les coudes et de faire des impressions groupées. 

Les libraires doivent également prévenir leurs clients de l'incertitude liée à la disponibilité de certaines œuvres, confirme David Lessard-Gagnon, libraire à la librairie Appalaches, à Sherbrooke. C’est les cadeaux qui sont à acheter. "Est-ce que le livre, je vais l’avoir à temps?" Pour nous, ça devient difficile de donner des garanties, on marche sur des œufs d’une certaine manière parce qu’on ne veut pas décourager les gens non plus

Une bonne nouvelle? 

La rareté du papier représente aussi, paradoxalement, une bonne nouvelle. Elle prouve en effet que l’industrie du livre est en plein essor. Selon la Société de gestion de la banque de titres de langue française, les ventes totales des éditeurs étaient en hausse de 25,3 % en 2021 par rapport à 2020. Pour les éditeurs québécois, cette hausse s'élève à 26,9 %.

« Je pense que beaucoup de monde est maintenant ancré dans l’habitude de lire. Ils l’ont reprise avec la pandémie. »

— Une citation de  David Lessard-Gagnon, libraire à la librairie Appalaches

On est très confiants dans l’avenir, affirme quant à lui Ian Larouche, vice-président du marketing et du support client chez l’imprimeur de livres Marquis. On a d’ailleurs confirmé la semaine passée des investissements de 30 M $ pour répondre à la demande et être en mesure de produire plus de livres, plus rapidement, de façon plus efficace avec de nouvelles presses.

Pour les consommateurs qui n’auront pas le livre désiré à temps pour les Fêtes, David Lessard-Gagnon rappelle qu’il existe toujours des plans B.

Un livre tout aussi intéressant, qui n’a peut-être pas fait le buzz médiatique ou qui n’a peut-être pas vécu de problème d’approvisionnement, peut certainement faire l’affaire!, conclut-il. 

Avec les informations de Thomas Deshaies 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !