•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des coûts supplémentaires pour Saguenay avec le passeport vaccinal

L'application VaxiCode

L'application VaxiCode

Photo : Radio-Canada

Philippe L'Heureux

Plusieurs organisations ont dû adapter leur façon d'accueillir le public dans leurs installations où le passeport vaccinal est obligatoire. À la Ville de Saguenay, par exemple, du personnel supplémentaire a été engagé uniquement pour balayer les codes QR, ce qui coûte plusieurs milliers de dollars chaque semaine.

Les municipalités du Québec ont dû s'adapter rapidement lors de l'arrivée du passeport vaccinal dans les lieux publics.

Saguenay a d'abord fait affaire avec des entreprises privées spécialisées, mais ce sont maintenant des employés de la Ville qui vérifient majoritairement les codes QR du public.

Seuls les arénas de l'arrondissement de Chicoutimi emploient encore des agents de sécurité privés.

Un appel d'offres a été lancé afin d'abaisser le coût hebdomadaire estimé entre 6000 $ et 7000 $.

Comme l'explique Dominic Arseneau, porte-parole de la Ville de Saguenay, il ne fallait pas ajouter une tâche supplémentaire aux employés en place.

Pendant le hockey mineur, il y a le personnel des arénas qui fait l'entretien, les gens qui opèrent la surfaceuse, qui font l'entretien ménager et tout ça, ils sont là, mais leur rajouter la tâche d'être à l'entrée et de scanner le passeport vaccinal de tous les parents qui viennent assister aux matchs ou l'entraînement de leur enfant, d'un point de vue logistique, ce n'est juste pas possible alors aussi plate que ce soit, oui il fallait engager quelqu'un dont le travail est d'être à l'entrée et de demander le passeport vaccinal à tout le monde, a justifié Dominic Arseneau.

C'est la même chose pour d'autres organisations comme Diffusion Saguenay, où pour chaque spectacle présenté, jusqu'à huit employés viennent prêter main-forte à l'équipe déjà en place.

Selon Claudine Bourdages, directrice de la programmation et du marketing, c'est une autre dépense qui vient s'ajouter depuis le début de la pandémie.

Ce sont des coûts effectivement qui s'ajoutent à la liste de toute façon depuis deux ans. Depuis deux ans presque, on ne fait qu'ajouter toujours des couches supplémentaires à nos soirées, au niveau monétaire, pour toutes les raisons que vous connaissez. C'est un deux ans qui aura coûté très, très, très, très cher aux organisations, a-t-elle indiqué.

Les deux intervenants affirment que le public coopère très bien depuis l'imposition du passeport vaccinal dans certains lieux publics.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !