•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Premier conseil municipal pour le nouvel indépendant Stevens Mélançon

Stevens Mélançon, conseiller indépendant.

Stevens Mélançon, conseiller indépendant

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Le conseiller du district Chutes-Montmorency-Seigneurial, Stevens Mélançon, a annoncé qu'il quittait les rangs de Québec 21.

Il ne devrait pas y avoir de partis au niveau municipal, soutient celui qui a repris son indépendance moins d'un mois après avoir été élu sous la bannière de Québec  21.

Il y a 10 jours, il a annoncé sa décision sur sa page Facebook. Il n'avait pas encore accordé d'entrevue.

Lundi, il va siéger pour la première fois comme conseiller indépendant. Ça ne changera rien pour mes électeurs, affirme-t-il, convaincu d'avoir l'appui de 95 % de ses commettants.

Il cite en exemple l'ex-conseiller indépendant Yvon Bussières qui a siégé sous différentes bannières et parfois comme indépendant pendant près de 30 ans. Ils ont voté pour moi. Ils ont voté pour l'homme d'abord.

Stevens Melançon commence son deuxième mandat comme conseiller municipal à la Ville de Québec. Il a annoncé son départ tout juste après avoir été nommé président de l'arrondissement de Beauport. L'homme refuse de dire qu'il a agi par opportunisme.

Le conseiller indépendant Stevens Mélançon, lors d'une allocution.

Le conseiller indépendant Stevens Mélançon, lors d'une allocution.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Je l'ai fait pendant quatre ans, rappelle-t-il. Stevens Mélançon croit qu'il faut 18 mois pour bien comprendre le rôle du président. Il affirme que tous les élus de l'arrondissement étaient d'accord. Son statut de conseiller indépendant ne change rien à sa compétence.

Temps durs

Dans son message publié sur les réseaux sociaux, M. Mélançon refuse de donner les raisons qui l'ont poussé à partir. Il affirme y réfléchir depuis plusieurs mois.

Il souligne toutefois que les quatre dernières années n'ont pas été de tout repos à Québec 21. Le parti a vu passer trois chefs de cabinet, et le conseil d'administration a démissionné à la suite d'une guerre ouverte avec le chef Jean-François Gosselin.

« Je suis resté là. Ça n'a pas toujours été facile. Je suis resté contre vents et marées. »

— Une citation de  Stevens Mélançon, conseiller indépendant au district Chutes-Montmorency-Seigneurial

La victoire du conseiller de Québec 21 Patrick Paquet, lors de l'élection partielle en 2018 dans le district Lebourgneuf-Neufchâtel, a donné un second souffle à M. Mélançon.

Patrick Paquet, au centre, entouré de Jean-François Gosselin et Stevens Melançon.

Patrick Paquet, au centre, a remporté l'élection partielle dans le district de Neufchâtel-Lebourgneuf.

Photo : Radio-Canada

La défaite de son pote, comme il l'appelle, le 7 novembre, l'a happé. Je mentirais si je disais que ça ne m'a pas fait mal. Stevens Mélançon refuse toutefois de dire si le départ de M. Paquet a joué dans sa décision de quitter le parti.

Élection

S'il a accepté de se représenter sous la bannière de Québec 21 cet automne, c'est pour bloquer le projet de tramway. Si j'avais été indépendant il a y trois mois, j'aurais fragilisé notre objectif qui était d'élire le plus de candidats de Québec 21 pour freiner le projet de tramway, explique-t-il.

« Mes citoyens sont fondamentalement contre le projet de tramway. Si M. Marchand est capable de mettre cela sur la glace pour le réanalyser, mes électeurs vont être contents. Ils vont être au paradis. »

— Une citation de  Stevens Mélançon, conseiller indépendant au district Chutes-Montmorency-Seigneurial

Stevens Mélançon ne veut pas dire si ce sont les résultats décevants du 7 novembre qui l'auront convaincu de partir.

Il ne dit pas non plus s'il aurait aimé prendre les rênes du parti à la suite de la démission de Jean-François Gosselin. Est-ce que j'ai plus d'avantages à devenir indépendant? La réponse, c'est oui, dit-il simplement.

Nouveau rôle

Il souhaite la meilleure des chances à Québec 21. Il promet sa collaboration.

Il est heureux de retrouver son droit de parole. Je vais prendre la parole quand bon me semble, s'exclame-t-il, sans devoir respecter de ligne de parti. Il promet de poser toutes les questions, comme il le faisait auparavant.

Devenir indépendant ne veut pas dire rester dans l'ombre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !