•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Prévenir la violence conjugale, un atelier à la fois

Un dépliant sur la violence conjugale est posée sur un pupitre. Des étudiantes masquées sont en arrière plan.

Le reportage de Magalie Masson

Photo : Radio-Canada / Jean-François Fortier

Radio-Canada

Les étudiants de dernière année en technique de travail social du Cégep de Trois-Rivières ont pu assister cette semaine à un atelier sur la sensibilisation aux violences conjugales.

Le cours est une initiative de la Fédération des maisons d’hébergement pour femmes, qui l’offre à plusieurs établissements. Il s’agissait d’un premier passage à Trois-Rivières.

Malheureusement, on est dans un contexte où il y a une augmentation des féminicides, explique Mélanie Guérard, sexologue au Cégep de Trois-Rivières.

Ce genre d’atelier est donc d'autant plus pertinent, selon elle, alors que la province dénombre 18 féminicides cette année.

« Je n’ai pas encore été en contact direct avec cette problématique-là sur le plan professionnel, mais c’est sûr que je suis conscient que ça pourrait m’arriver tôt ou tard et que c’est important que je sois bien équipé pour réagir à ce moment-là. »

— Une citation de  Félix Hébert, étudiant en technique de travail social au Cégep de Trois-Rivières
Félix Hébert, étudiant en technique de travail social au Cégep de Trois-Rivières.

Félix Hébert, étudiant en technique de travail social au Cégep de Trois-Rivières

Photo : Radio-Canada / Jean-François Fortier

La formation vise justement à permettre aux étudiants d’acquérir des outils qui les aideront dans leur vie personnelle, mais surtout dans leur carrière future.

On a une très, très bonne réponse. Les enseignants et les élèves ont l’air de beaucoup apprendre. Ça les aide à contextualiser les violences faites aux femmes, indique pour sa part Élisabeth Viens-Brouillard, coordonnatrice aux communications et aux relations de presse pour la Fédération des maisons d’hébergement pour femmes.

La force du partenariat

L’atelier met également l’accent sur l’importance du partenariat entre les différents acteurs du milieu dans la prévention de la violence conjugale.

Une intervenante de la Maison Le Far à Trois-Rivières ainsi que l’agent spécialisé en prévention de la violence conjugale au Service de police de Trois-Rivières, Samuel Milot, étaient présents vendredi pour l'événement.

Le policier spécialisé en prévention de la violence conjugale Samuel Milot.

Le policier spécialisé en prévention de la violence conjugale Samuel Milot

Photo : Radio-Canada / Jean-François Fortier

« On peut reconnaître avec les statistiques qui ont déjà été sorties par plusieurs services de police que la violence conjugale est un phénomène en hausse, donc c’est important aujourd’hui de rencontrer des gens qui vont travailler avec des victimes de violence conjugale. »

— Une citation de  Samuel Milot, policier spécialisé en prévention de la violence conjugale au Service de police de Trois-Rivières

La formation sera de retour au Cégep de Trois-Rivières à la session d’hiver et continue d’être offerte dans d’autres établissements d’enseignement. La Fédération des maisons d’hébergement pour femmes aimerait élargir son offre à d’autres programmes d’études.

Le climat en est un de changement. Avec les tribunaux spécialisés, l’engagement des bars notamment, oui je pense qu’il y a une volonté de changer qui est commune. La société a besoin de changement, affirme Élisabeth Viens-Brouillard.

Avec les informations de Magalie Masson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !