•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Ville de Chandler refuse, une fois de plus, de porter secours au Château Dubuc

Le château Dubuc ne presque tient plus sur sa structure.

À Chandler, le Château Dubuc, dernier témoin du passé industriel de la ville, sera laissé sans protection face aux intempéries.

Photo : Radio-Canada / Bruno Lelièvre

Radio-Canada

Le nouveau conseil municipal de Chandler refuse à nouveau d’injecter des sommes pour des travaux d’urgence visant à préserver le Château Dubuc, qui risque de se faire emporter par la mer.

Les élus se sont réunis, mercredi soir, pour une première réunion de travail tenue à huis clos.

Ils ont refusé, à l'unanimité, d’intervenir pour sauver le bâtiment patrimonial victime de l'érosion, alors que les grandes marées de décembre sont imminentes. L'ancien conseil municipal avait également refusé d'investir, en octobre dernier.

Le maire Gilles Daraîche s’est déplacé samedi pour constater l’état du bâtiment patrimonial, qui a subi de nouveaux dégâts à la suite d’une récente tempête. En début de semaine, le directeur général de la Ville ainsi que le directeur des travaux publics ont aussi été dépêchés sur place.

Gilles Daraîche est maire de Chandler.

Gilles Daraîche est maire de Chandler.

Photo : Radio-Canada / Roxanne Langlois

Selon le maire, les coûts nécessaires à ce que le bâtiment patrimonial résiste aux prochaines grandes marées sont trop importants.

On parle d’un 40 000 $ et plus pour sécuriser ça pour l’hiver. Si on met un 10 000 $, on va saupoudrer de l’argent pour rien et on va perdre cet argent-là. C’est trop détérioré, soutient-il.

« La Ville de Chandler n’a pas le budget pour embarquer dans un tel projet. »

— Une citation de  Gilles Daraîche, maire de Chandler

Le maire soulève également qu'une intervention aurait dû être faite bien avant afin de préserver ce lieu patrimonial.

On voit que la détérioration du bâtiment ne date pas de l’année dernière ou de l’année d’avant. C'est une détérioration qui date de plusieurs années et qui s’est accumulée. Il aurait dû y avoir des interventions dans le passé, lance M. Daraîche.

« Dans les dernières années, on aurait pu prévenir le coup, mais malheureusement, ça n’a pas été fait. »

— Une citation de  Gilles Daraîche, maire de Chandler

Il se dit néanmoins ouvert à réévaluer la situation au printemps, si le Château Dubuc survit à l'hiver et qu'il fait l'objet d'un projet réunissant plusieurs partenaires.

Des chances minimes de survie pour le Château Dubuc

Le copropriétaire du Château Dubuc, Michel Saint-Pierre, a été informé par des journalistes que le nouveau conseil municipal de Chandler a décidé de ne pas intervenir pour sauver les lieux.

Il estime que les chances sont minces de voir le bâtiment survive aux prochaines grandes marées.

« Ce refus signifie que probablement, à la prochaine tempête, ce sera la fin. »

— Une citation de  Michel Saint-Pierre, copropriétaire du Château Dubuc
Michel Saint-Pierre.

Michel Saint-Pierre est propriétaire du Château Dubuc.

Photo : Radio-Canada / Roxanne Langlois

Selon M. Saint-Pierre, c'est une page d'histoire tragique qui se tourne pour l'ensemble du Québec.

C'est malheureux parce que c'est le seul bien patrimonial qui reste des 100 ans d'histoire de cette ville et personne n'a l'air intéressé à le sauvegarder, affirme-t-il.

Il croit toutefois que des travaux d'urgence mineurs auraient pu contribuer à une durée de vie accrue pour le Château Dubuc.

Samedi dernier, je suis allé vider les maisons et sauver les meubles. J’ai parlé au nouveau maire et je lui ai demandé que la Ville s’implique un peu pour une valeur de 1000 $ à 2000 $. Un petit geste pourrait faire beaucoup afin de garder ce patrimoine pour l'hiver. Au printemps, on verra ce qu’on peut faire, explique M. Saint-Pierre.

Si le Château Dubuc survit à la saison hivernale, le copropriétaire souhaiterait mettre sur pied un organisme à but non lucratif afin de le déménager loin de la mer.

« Ça pourrait devenir un moteur économique incroyable pour la Ville de Chandler. Ce serait le Rocher-Percé de Chandler! »

— Une citation de  Michel Saint-Pierre, copropriétaire du Château Dubuc

Le Château Dubuc est le dernier témoin de l'ère industrielle de Chandler.

Patrimoine Gaspésie demande à la Municipalité régionale de comté du Rocher-Percé d'intervenir

Le président de Patrimoine Gaspésie, Jean-Marie Fallu, demande à la Municipalité régionale de comté du Rocher-Percé d'apporter une aide financière au projet de sauvegarde du Château Dubuc, au même titre que l’a précédemment fait le ministère de la Culture.

Par votre action, la Ville de Chandler se sentira ainsi davantage appuyée dans ce projet, est-il indiqué dans une lettre envoyée vendredi au préfet de la Municipalité régionale de comté.

De par son emplacement stratégique sur le banc de Chandler, le Château Dubuc [...] se devrait d’être un lieu de convergence du développement touristique de Chandler, ce qui serait bénéfique autant à Chandler qu’à la Municipalité régionale de comté, est-il également mentionné.

Selon M. Fallu, la Ville de Chandler aurait tout intérêt, avec le soutien de la Municipalité régionale de comté, à entamer des procédures d'acquisition du bâtiment pour ensuite en confier la gestion à un organisme du milieu.

Avec les informations de Roxanne Langlois

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !