•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La santé publique enquête sur des cas de légionellose en Outaouais

Une goutte d'eau tombe d'un robinet.

Le CISSS de l’Outaouais conseille notamment de faire couler l’eau chaude des robinets pendant quelques minutes lorsque le chauffe-eau n’a pas fonctionné pendant plusieurs jours (archives).

Photo : Radio-Canada / Simon-Marc Charron

Radio-Canada

La direction de santé publique du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l’Outaouais mène une enquête après la découverte récente de six cas de légionellose dans la région.

Jusqu’à présent, aucune source de contamination potentielle n’a été identifiée, indique le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais, dans un communiqué publié vendredi.

Certains des cas sont à Gatineau, d'autres dans la Municipalité régionale de comté des Collines. Les causes sont encore en investigation. Aucune source n'a été confirmée jusqu'à présent, explique-t-on dans une réponse écrite transmise à ICI Ottawa- Gatineau. Pour le moment, selon les données disponibles en date d'aujourd'hui, l'ensemble des tours de refroidissement sur le territoire de la Ville de Gatineau et la MRC des Collines sont conformes.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais rappelle que chaque année, plusieurs cas de légionellose sont déclarés en Outaouais. Il est possible que l’on ne puisse identifier de source environnementale commune au terme d’une enquête.

La légionellose, parfois appelée aussi maladie du légionnaire, est une infection respiratoire causée par une bactérie, la Legionella pneumophila, que l’on retrouve partout dans l’environnement et qui se développe dans l’eau tiède.

La bactérie peut infecter un individu via de fines gouttelettes d’eau contaminée qui se dispersent dans l’air ambiant. Toutefois, elle ne peut pas se transmettre de personne à personne et ne peut pas s’attraper en consommant de l’eau contaminée.

Cette bactérie peut trouver des conditions favorables à sa croissance dans des sources d’eau tiède dans la communauté telles que les tours de refroidissement à l’eau des édifices, ou encore des sources d’eau individuelles telles que les chauffe-eau ou encore les spas, explique le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais.

Surveiller les symptômes

Les personnes qui sont davantage à risque de développer des complications sont les fumeurs, les personnes consommant de grandes quantités d’alcool, les personnes âgées de 50 ans et plus, les personnes ayant une maladie chronique, ainsi que celles ayant un système immunitaire affaibli.

Ces personnes sont donc invitées à contacter Info-Santé au 811 ou à consulter un professionnel de la santé si elles développent des symptômes tels que fièvre, toux avec ou sans crachats, difficulté respiratoire, nausées, vomissements, diarrhée, confusion.

Afin de réduire le risque de contamination, le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais conseille de maintenir la température du chauffe-eau à 60 °C, s’assurer de faire installer un dispositif anti-brûlure à la sortie des robinets de la douche et du bain, de faire couler l’eau chaude des robinets pendant quelques minutes lorsque le chauffe-eau n’a pas fonctionné pendant plusieurs jours et d'utiliser adéquatement et en nettoyant régulièrement les appareils qui créent des gouttelettes en suspension, comme les pommeaux de douche, bain à remous, spa ou autre humidificateur.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !