•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Saskatchewan, seule province offrant la 2e dose aux 5 à 11 ans après 21 jours

Une fillette se fait vacciner contre la COVID-19.

La Saskatchewan est la seule province du Canada à ne pas se conformer à la recommandation du Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI).

Photo : iStock

Radio-Canada

La Saskatchewan va à l’encontre de l’avis du Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI) et offre la deuxième dose aux 5 à 11 ans trois semaines après la première au lieu des huit semaines recommandées

Le Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI) a recommandé aux provinces et aux territoires qu'il y ait un délai de huit semaines entre la première et la deuxième dose de vaccin contre la COVID-19 pour les enfants.

Les autres provinces et territoires ne veulent pas donner la deuxième dose aux enfants avant une période de 8 semaines.

Bien que l’intervalle parfait entre deux doses soit de huit semaines, les familles peuvent choisir de recevoir la seconde dose seulement 21 jours après la dose initiale, indique le site web de la province.

L’intervalle de trois semaines proposé par les autorités saskatchewanaise est en adéquation avec la recommandation de Pfizer-BioNTech. 

Le gouvernement de la Saskatchewan n’a pas répondu à la demande de Canadian Broadcasting Corporation au sujet des raisons pour lesquelles il ne suit pas la recommandation du Comité consultatif national de l'immunisation.

Mardi, le ministre de la Santé, Paul Merriman, a été interrogé à propos du choix de l'intervalle de trois semaines. Il a dit devoir s'entretenir avec le médecin hygiéniste de la Saskatchewan, le Dr Saquib Shahab.

La recommandation est de huit semaines. Je devrai vérifier auprès du Dr Shahab pour voir si rien n’a changé, mais je ne pense pas que ce soit le cas, a-t-il répondu aux journalistes.

Le Dr Shahab a confirmé le jour même que l’intervalle de trois semaines serait une solution offerte aux parents. Le choix de ce délai, plus court, pourrait être lié à plusieurs raisons, comme un voyage, a-t-il expliqué. Si un parent souhaite qu’un enfant reçoive une deuxième dose plus tôt, c’est certainement possible à trois semaines, a-t-il ajouté.

Dans une déclaration, la province a dit qu’elle avait mis son site à jour afin de préciser que cette possibilité ne serait offerte qu'à condition d'obtenir un consentement éclairé.

Le Manitoba est l’autre province qui adopte une approche légèrement différente des autres endroits au Canada. La plupart des enfants de 5 à 11 ans y recevront certes une seconde dose après 8 semaines, mais la province recommande néanmoins que les enfants issus des Premières Nations reçoivent leur seconde dose trois semaines après la première.

Avec les informations d'Alexander Quon

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !