•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Samantha Halas, contorsionniste et artiste solo

Une contorsionniste sur une table fait tourner une pizza sur son pied.

Samantha Halas interprète le rôle d'une serveuse dans un numéro de son spectacle solo Deep Dish.

Photo : Radio-Canada / Geneviève Murchison

Genevieve Murchison

Contorsion, accordéon, comédie, jonglerie : l'artiste originaire de Winnipeg Samantha Halas accumule les disciplines et multiplie les mouvements ardus pour offrir une performance unique en solo sur scène. Mais son art est aussi une façon de grandir.

Une contorsionniste dans une bulle sur scène.

Samantha Halas a collaboré avec l'Underground Circus de Vancouver.

Photo : Underground Circus Vancouver

Voyager pour se former

Samantha Halas a fait ses débuts comme contorsionniste à l’âge de 21 ans, ce qui est considéré comme étant tard dans cette discipline. En 2007-2008, elle se rend en Chine pour s'entraîner avec la troupe acrobatique de Beijing. Elle ira ensuite étudier cet art en Mongolie, un pays mondialement reconnu pour son expertise dans le domaine. C’est là qu’elle développera sa technique et adoptera son style de contorsions.

En Mongolie, le mot "contorsion" veut dire "grâce et beauté extrêmes", alors c’est différent dans l’approche. Ils ont un style qui est tout en douceur dans les mouvements, explique Samantha Halas.

Une contorsionniste sur scène avec un orchestre symphonique.

Samantha Halas participe à un spectacle de Noël de l'Orchestre symphonique de Winnipeg en décembre 2015.

Photo : Leif Norman

Depuis le début de sa carrière, elle a offert plusieurs performances dans des cabarets, des salles de spectacles indépendantes et des boîtes de nuit de plusieurs villes d'Amérique du Nord. En 2010, la contorsionniste a participé à une démonstration aux Jeux olympiques de Vancouver avec un cirque local. En 2015, elle est revenue à Winnipeg pour le spectacle de Noël de l’Orchestre symphonique de Winnipeg.

Une artiste de la scène se trouve sous un tissu de soie éclairé lors d'un numéro.

Des effets lumineux ajoutent un aspect théâtral à une scène de contorsion dans Deep Dish.

Photo : Radio-Canada / Geneviève Murchison

Un one-woman show

À ce point de sa carrière, Samantha Halas voulait raconter son histoire. Elle s’est inspirée de son expérience de serveuse dans un restaurant pour écrire et produire un spectacle multidisciplinaire qui la met en vedette. Avec l'aide des conseils des arts du Canada, du Manitoba et de Winnipeg, elle a ainsi créé Deep Dish.

Ce spectacle m’a poussée vers d’autres disciplines artistiques. Je sais maintenant comment parler et patiner devant un public, confie-t-elle.

Une contorsionniste avec le dos arqué sur scène.

Samantha Halas réalise un numéro de contorsion sur de l'eau savonneuse lors du spectacle solo Deep Dish à Winnipeg.

Photo : Radio-Canada / Geneviève Murchison

Durant ce spectacle de 53 minutes, elle interagit avec la foule, se déplace avec une vadrouille, sert des boissons au public et monte sur une table pour jongler avec des pizzas préparées par sa mère.

La performance comprend trois numéros de contorsion, ce qui est beaucoup plus qu'à l'habitude pour cette discipline. Un des moments forts de Deep Dish survient lorsque l'artiste se contourne et glisse d’un bout à l’autre de la scène sur de l'eau savonneuse.

Avec le cirque, Samantha Halas se sent dans son élément. Entre les productions, elle enseigne aussi la contorsion à la relève.

C'est un métier qu'elle compte exercer encore longtemps, sans se laisser limiter par l’âge. Travailler le corps, dit-elle, ça nous montre que tout est possible.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !