•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’opposition demande un plan d’élargissement des doses de rappel aux 18 ans et plus

Un travailleur de la santé prépare une dose du vaccin contre la COVID-19.

Un travailleur de la santé prépare une dose du vaccin contre la COVID-19.

Photo : Associated Press / Matt Rourke

Radio-Canada

Le chef de l’opposition officielle en Saskatchewan, Ryan Meili, demande un plan pour élargir la disponibilité des doses de rappel à tous les personnes âgées de plus de 18 ans afin de prévenir une cinquième vague de COVID-19.

Selon le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), cette mesure est de mise avec l’arrivée du variant Omicron au Canada.

« Avec ce nouveau variant et une cinquième vague, il est temps d’être proactif. »

— Une citation de  Ryan Meili, chef du NPD

Il explique que le gouvernement a refusé à maintes reprises de tirer de leçons de sa gestion de la pandémie. Selon lui, le gouvernement devrait écouter les recommandations des experts plutôt que de se plier aux exigences de la population.

Ryan Meili ajoute que le fait d'étendre l'admissibilité à la troisième dose est essentiel pour éviter une cinquième vague de la pandémie.

Selon l’Autorité de la santé de la Saskatchewan, trois facteurs pourraient entraîner une cinquième vague, notamment la baisse de l’immunité, le comportement de la population en lien avec les rassemblements et l’impact du variant Omicron, qui sera connu dans les prochaines semaines.

Les doses de rappel des vaccins Pfizer-BioNTech et Moderna ont été approuvées pour les personnes âgées de plus de 18 ans. Jusqu’à maintenant, celles-ci ne sont offertes qu’aux personnes de plus de 65 ans.

L’Autorité de la santé de la Saskatchewan compte élaborer un plan d'inoculation des doses de rappel.

Recommandations du Comité consultatif national de l’immunisation

Le Comité consultatif national de l’immunisation recommande qu’une dose de rappel soit offerte six mois ou plus après les deux premières doses. Cela concerne, entre autres, les personnes de 18 à 49 ans.

Les doses de rappel devraient être offertes aux adultes de plusieurs catégories, notamment les plus de 50 ans, les personnes vivant dans des établissements de soins de longue durée et d’autres milieux collectifs offrant des soins aux personnes âgées.

Le Comité souligne qu’une troisième dose permettrait de renforcer la protection et la réponse immunitaire contre la COVID-19.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !