•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

Le Musée McCord de Montréal célèbre ses 100 ans

Façade du Musée McCord, édifice patrimonial.

Façade du musée McCord rue Sherbrooke, à Montréal, en 1979.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Situé rue Sherbrooke Ouest à Montréal, le Musée McCord détient une importante collection d’objets, photographies, tableaux, costumes et manuscrits qui témoignent de l’histoire canadienne. Inauguré en 1921, le musée souligne cette année son centième anniversaire. Retour en archives sur l’évolution de cette importante institution muséale.

Le 20 janvier 2002, à l’émission radiophonique J’ai souvenir encore, l’historien Jacques Lacoursière s’entretient avec Brian Young, lui aussi historien, qui s’est intéressé au McCord.

Dans le livre McCord, l’histoire d’un musée universitaire 1921-1996 dont il est l'auteur, Brian Young revient sur la genèse du musée.

Porte d'entrée du musée McCord.

J’ai souvenir encore, 20 janvier 2002 (audio)

Photo : Radio-Canada

La famille McCord arrive au moment de la conquête vers 1760. D’origine écossaise, les McCord s’installent d’abord à Québec, puis à Montréal.

La famille entreprend de collectionner des objets. Les McCord sont fascinés par les gens autour d’eux, explique l’historien. La vie des Autochtones, des paysans et des marchands les intéresse et ils constituent toute une collection d’objets témoins de notre histoire.

Issu de cette famille, qui possédait une longue tradition de bénévolat à Montréal, David Russ McCord, un avocat de formation, établit le musée au début du 20e siècle.

David Russ McCord connaissait l’historique de chacun des objets qu’il possédait. Il était en mesure d’en faire la description détaillée, savait à qui il avait appartenu et combien il valait.

Possédant une importante collection, mais peu de moyens financiers pour la mettre en valeur, l’avocat montréalais entame des négociations avec l’Université McGill. Des pourparlers qui dureront plus d’une décennie.

Le souhait de David Russ McCord est d’abord de faire découvrir l’histoire du Canada aux étudiants.

Ce n’est que vers la fin de la vie de David Russ McCord que l’Université Mc Gill accepte la collection.

Après sa mort en 1930, la collection stagne, mais à la fin de la Seconde Guerre mondiale, de riches familles anglophones de Montréal font des dons d’objets au musée du campus McGill.

Le musée est d’abord réservé aux chercheurs universitaires et il faudra attendre 1987 pour qu’un plus large public ait accès à ses trésors. À cette époque, seulement 1 % de la collection permanente du musée est accessible au public.

Première édition, 19 novembre 1987

Le 19 novembre 1987 à Première édition, le journaliste François Harvey présente un reportage sur un généreux don de la fondation de la famille McConnell au Musée McCord. 25 millions de dollars qui permettront à l’institution de réaliser de nombreux projets, comme des travaux d’agrandissement.

C’est la plus importante contribution privée pour les arts de toute l’histoire du pays, mentionne l'animatrice Céline Galipeau en introduisant le reportage.

« Et voilà, Montréal s’enrichira donc d’un très important musée consacré à l’histoire du Canada. »

— Une citation de  François Harvey

On réalise enfin que le musée renferme une collection d’objets inestimables qu’on se doit de partager avec la population montréalaise, dira le président du conseil d’administration du Musée McCord, David M Lank.

Le musée se voit doter d’un nouveau statut juridique. Il n’est plus subordonné à l’Université McGill, mais gagne une forme de liberté lui permettant d’organiser des événements indépendants.

En 1992, le Musée McCord rouvre ses portes après deux ans de travaux.

Le journaliste Claude Deschênes présente le nouveau Musée McCord dans son reportage présenté au Montréal ce soir du 8 mai 1992.

Montréal ce soir, 8 mai 1992

À partir de ce moment, le musée dispose de 5000 mètres carrés de surface pour ses expositions. Un centre de documentation et des ateliers de restauration modernes voient également le jour.

Selon France Gascon, la conservatrice en chef en 1992, ce qui rend le McCord unique, c’est d’abord la variété de ses collections.

Des objets folkloriques, ethnographiques et des tableaux font état de l’histoire du Canada dans l’ère pré et post-industrielle. La collection McCord est impressionnante : 80 000 artefacts, 700 000 photos et 250 000 négatifs sur verre.

Une importante compilation de photographies du photographe montréalais William Notman fait également la renommée du musée.

En 1994, l’exposition Tout le monde en place présente quelques clichés du photographe.

À l’émission La ruée vers l’art, l’animatrice Marie Plourde rencontre deux guides de l’institution qui lui parlent du célèbre photographe.

La ruée vers l’art, 22 mai 1994

William Notman tirait jusqu’à 14 000 clichés par année et est devenu un spécialiste de la photographie composite. Dans le reportage, Louis Potvin, guide au musée, décrit le procédé qui consiste à faire un montage de plusieurs types de photos et d’illustrations.

La collection Costume, mode et textiles comprend au-delà de 20 000 vêtements et accessoires faits ou portés au Canada au cours des trois derniers siècles.

Au cours des dernières années, des expositions comme Dior, Jean-Claude Poitras et Parachute témoignent de l’engouement de l’institution pour le sujet de la mode.

Le Musée McCord a d’ailleurs intégré les collections du défunt Musée de la mode en 2017 et du Musée Steward de Montréal.

En 2019, un important projet d’agrandissement résultant de la fusion des trois institutions est annoncé.

Le McCord n’évolue pas que sur le plan physique, le musée reflète également les préoccupations de son époque. En 2021, « l’institution a annoncé la mise sur pied d’un comité consultatif autochtone permanent qui aura pour mandat de conseiller l’administration sur la façon de représenter l’histoire et la culture des premiers peuples et des Métis ». Elisabeth Kaine, Huronne-Wendat et commissaire de l’exposition permanente Voix autochtones d'aujourd'hui : savoir, trauma, résilience chapeaute le comité.

Encore plus de nos archives

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.