•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un automne qui bat des records de chaleur au Nunavut

Une vue de Rankin Inlet au mois d'août.

Rankin Inlet au mois d'août. La communauté a connu un automne plus chaud que la moyenne à cause de vents venus de l'est, selon le maire, Harry Towtongie.

Photo : Radio-Canada / Matisse Harvey

Au Nunavut, ces derniers mois auront été doux. Plusieurs communautés ont même connu l'automne le plus chaud depuis des décennies à cause de l’air chaud amené par les vents. La situation devrait changer d’ici la semaine prochaine.

À Rankin Inlet, dans le sud du Nunavut, à cette période de l’année, le thermomètre affiche en moyenne une température de -5,9 degrés Celsius. La moyenne saisonnière de 2021 se situe pourtant à -1,7 degrés Celsius.

Selon Environnement et Changement climatique Canada (ECCC), la communauté a connu la saison la plus chaude (septembre, octobre et novembre) en 41 ans de données.

Elle n’est pas la seule à composer avec de telles températures. Arviat, Cambridge Bay, Baker Lake et Resolute sont aussi touchées.

Harry Towtongie devant la mairie de Rankin Inlet.

Le maire de Rankin Inlet, Harry Towtongie, affirme que, cette année, la baie a mis plus longtemps à geler autour de sa communauté.

Photo : Radio-Canada / Matisse Harvey

Harry Towtongie, le maire de Rankin Inlet, affirme qu’il a remarqué que la baie où se trouve la communauté a gelé plus tardivement que d’habitude. Alors qu’elle gèle habituellement vers la mi-octobre, il a fallu être plus patient, cette année. C’est gelé depuis environ deux semaines.

M. Towtongie affirme que Rankin Inlet a connu beaucoup de vents venant du sud-est et de pluie cet été, une situation qui s’est prolongée pendant l'automne, avec l’incursion de vents du nord, plus froids, seulement récemment.

Des nuages qui emprisonnent la chaleur

La météorologue Terri Lang, d'Environnement Canada, explique que des vents de l’ouest en provenance des tropiques maintiennent les températures proches ou au-dessus des moyennes de saison. Ces vents sont bien au nord pour cette période de l’année, ils devraient normalement voyager vers la frontière avec les États-Unis.

À cela il faut ajouter les nuages que ces vents apportent et qui fonctionnent comme une couverture qui maintient la chaleur plus proche de la surface de la Terre.

Il n'y a pas de journées spectaculairement chaudes, mais la nuit, les nuages agissent comme une couverture et piègent la chaleur. C'est pourquoi les températures ne sont pas très basses pendant la nuit.

Une carte du sud du Nunavut avec des points rouges.

Arviat, Baker Lake et Rankin Inlet ont toutes connu l'automne le plus chaud depuis que la prise de données météorologiques existe.

Photo : Environnement et Changement climatique Canada

Le temps que met la baie d’Hudson pour geler complètement n’arrange pas non plus les choses, puisque les eaux ouvertes contribuent à amener plus de chaleur et à créer plus de nuages. Le cycle se répète donc.

Selon Jason Ross, prévisionniste du Service canadien des glaces, le niveau de couverture de glace de la partie nord-ouest de la baie d’Hudson (entre l'île Coates et Churchill) est anormalement bas actuellement.

En date du 29 octobre, nous avons une couverture de glace d'environ 13 % dans cette région, alors que la normale sur 30 ans est de 70 ou 80 %.

L’année dernière à la même époque, 96 % de l’eau étaient recouverts de glace. Depuis que les données sont récoltées sur le sujet, seules trois années (1998, 2011 et 2016) ont connu une couverture de glace en dessous de 20 % à cette date.

Plus de fraîcheur dans quelques jours

Les conditions devraient cependant changer rapidement. Il semble qu'après le week-end il y aura un changement dans la configuration météorologique et de l'air plus froid commencera à arriver. Nous espérons que cela va briser cette tendance et que la baie sera également gelée, note Mme Lang.

Rankin Inlet l'été.

La communauté de Rankin Inlet se trouve dans la baie d'Hudson. Ici, on la voit au mois d'août.

Photo : Radio-Canada / Matisse Harvey

C’est aussi ce que croit Jason Ross, selon qui la glace devrait être plus présente dès la semaine prochaine. Il ajoute cependant qu'elle sera instable.

Si on a l'habitude de pratiquer certaines activités sur la glace à un certain moment de l'année, il faut se rappeler qu'à cet endroit, la glace peut être plus mince de deux ou trois semaines.

À Rankin Inlet, Harry Towtongie explique que les chasseurs ont dû s'adapter aux conditions hivernales plus tardives en prenant des routes plus longues, en faisant des détours. Ils ne se plaignent cependant pas de la météo, car ils savent qu’ils ne peuvent pas la contrôler, précise le maire.

Il note aussi que, comme tous les ans, il y a des accidents et que des gens passent à travers la glace. Mais les chasseurs savent ce qu’ils font , conclut-il.

Avec des informations de Shannon Scott et Matisse Harvey

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !