•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des piles de bois identifiées comme source potentielle de blastomycose à Constance Lake

Deux drapeaux flottent sur un toit avec une couche de neige.

La Première Nation de Constance Lake cherche à trouver la source d'une éclosion de blastomycose.

Photo : Radio-Canada / Zacharie Routhier

Radio-Canada

Les recherches pour trouver l’origine de l’éclosion de blastomycose dans la Première Nation de Constance Lake continuent. La communauté a identifié d’anciennes piles de bois comme une source potentielle de contamination, mais de nouvelles analyses sont nécessaires.

La Première Nation a confirmé la présence de l’infection fongique sur son territoire à la fin du mois de novembre. Elle est soupçonnée d'avoir causé la mort de trois personnes dans la communauté et entraîné l’hospitalisation d’une dizaine d’autres.

L’arrivée de la neige dans la communauté a réduit les chances de propagation de la blastomycose, puisqu’elle émane des sols et du bois. Toutefois, les symptômes de l’infection prennent souvent des semaines avant de se manifester.

Depuis le début de l’éclosion, des experts de la santé publique et des gouvernements analysent les sols de la communauté. Les membres de la Première Nation indiquent aux experts des lieux de contaminations potentiels.

Grâce à ces informations, la Première Nation dit avoir identifié une pile de bois et une pile de copeaux de bois dans la communauté pour de nouvelles analyses. Elle précise toutefois qu’il n’a pas été prouvé que ces lieux sont la source de l’infection fongique, et qu’aucune hypothèse n’est écartée pour le moment.

Dans une publication Facebook jeudi, la communauté demande à ses membres d’éviter les piles de bois et les piles de copeaux de bois identifiées comme source potentielle de contamination à la blastomycose.

L’information transmise par les membres de notre communauté et les familles impactées par la blastomycose a été très utile dans notre enquête, ajoute-t-elle.

La Première Nation rappelle également à ses membres ayant des symptômes de la blastomycose - comme de la toux, de la fièvre ou encore de la difficulté à respirer - à aller à l’hôpital pour une inspection.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !