•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le bilan de cas de COVID-19 continue de s’alourdir en Estrie

Un bras d'enfant où on a collé un bandage de la Reine des neiges.

L'Estrie compte 311 nouveaux cas de COVID-19 sur son territoire.

Photo : Radio-Canada / Guillaume Croteau-Langevin

Radio-Canada

L'Estrie compte 311 nouveaux cas de COVID-19 sur son territoire selon le plus récent bilan de la santé publique publié vendredi, qui recense les cas de mercredi et de jeudi. Il s'agit d'une moyenne de 156 cas par jour.

Ces données sont en augmentation par rapport au bilan de mercredi, qui faisait état de 273 nouvelles infections pour deux jours, soit une moyenne de 137 cas quotidiens.

Au total, la région compte 1330 cas actifs. La majorité se trouve à Sherbrooke, avec 519 cas. Les territoires des Sources et de Memphrémagog suivent, avec respectivement 180 et 164 cas actifs.

Quant au taux de cas actifs pour 100 000 habitants, il est de 267,7 en Estrie. Il s'agit du deuxième taux du Québec, derrière le Nunavik.

Selon la santé publique, on recense 64 éclosions dans la région.

Seize personnes sont hospitalisées, dont six aux soins intensifs. C'est une baisse par rapport à mercredi, où on faisait état de 18 personnes hospitalisées. Au plus fort de la première vague, 55 personnes étaient soignées pour la COVID-19 dans les deux hôpitaux de Sherbrooke.

Aucun décès ne s'est ajouté au bilan, qui s'établit à 384.

Troisième dose recommandée

Vendredi, le Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI) a recommandé au gouvernement fédéral d'offrir une dose de rappel de vaccin contre la COVID-19 à tous les Canadiens de 18 ans et plus ayant reçu leur deuxième dose depuis au moins six mois.

Malgré le fait que les vaccins maintiennent une excellente protection contre les formes sévères, les hospitalisations et les décès, on commence à voir un certain déclin dans la protection contre les infections, particulièrement chez les personnes plus âgées, explique le Dr Alex Carignan, microbiologiste-infectiologue au CIUSSS de l’Estrie-CHUS et membre du Comité sur l’immunisation du Québec.

« On voit une décroissance de l’efficacité du vaccin entre sept et neuf mois après la deuxième dose.  »

— Une citation de  Dr Alex Carignan, microbiologiste-infectiologue au CIUSSS de l’Estrie-CHUS et membre du Comité sur l’immunisation du Québec

Pour maximiser la protection dans un contexte où on voit, dans plusieurs pays entre autres en Europe, des augmentations assez faramineuses des cas d’infection, dans un contexte aussi où on a un nouveau variant qui se pointe à l’horizon, je pense que c’est intéressant de maximiser la protection chez nous, d’offrir une protection optimale aux personnes plus à risque en priorité et aussi aux travailleurs de la santé, conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !