•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les résidents de Baddeck en N.-É. disent non à la dissolution

Une salle de rencontre remplie de gens.

Plus de 150 personnes ont assisté à la réunion du village jeudi soir. La plupart d'entre elles ont voté contre la dissolution de la commission qui les gouverne.

Photo : CBC / Tom Ayers

Radio-Canada

La commission de Baddeck proposait un transfert de ses compétences au comté de Victoria, par manque de fonds. La majorité des électeurs qui se sont prononcés ont voté contre.

Plus de 150 personnes ont assisté à la réunion du village jeudi soir. Ils étaient nombreux à avoir des questions et la plupart ont été frustrés par le manque de réponses.

L’une de ces personnes, Tracey Campbell, ne comprenait pas pourquoi il n'y avait ni documents ni états financiers distribués lors de la rencontre.

« C’est très difficile de prendre une décision de cette ampleur lorsque vous n'avez pas ce genre d'informations. »

— Une citation de  Tracey Campbell, résidente de Baddeck

Tout au long de la soirée, les commissaires du village ont déclaré qu'ils ne pouvaient pas fournir toutes les réponses à cause de problèmes juridiques touchant le personnel.

Problèmes de gouvernance

En octobre, ils ont congédié le directeur général et embauché l'ancien directeur général adjoint du comté de Richmond et de Port Hawkesbury, Maris Freimanis, pour prendre la relève par intérim.

Maris Freimanis arbore un regard sérieux.

Maris Freimanis, est directeur général par intérim du village de Baddeck au Cap-Breton depuis octobre 2021.

Photo : CBC / Tom Ayers

Maris Freimanis a dit que le village n'a pas produit d'états financiers vérifiés depuis deux ans et que, selon deux cabinets comptables consultés, ce serait presque impossible de le faire maintenant.

Selon le directeur général par intérim, il reste de l'argent dans quatre des six comptes bancaires du village, mais la majeure partie est réservée à certaines dépenses et ne peut pas être utilisée pour du fonctionnement général.

« Je ne vais pas dire que nous sommes en faillite, mais nous sommes très près. »

— Une citation de  Maris Freimanis, directeur général par intérim du village de Baddeck

Les commissaires du village se sont entendus pour dire qu'ils n'ont pas les ressources nécessaires pour continuer à payer les services tels que les égouts, l'eau et le déblaiement des trottoirs.

Ils proposaient donc que le ministère provincial des Affaires municipales transfère les compétences de la commission au comté de Victoria. Mais les électeurs ont refusé.

Michele Stephens parle aux résidents lors de la rencontre.

Michele Stephens est la seule des commissaires du village de Baddeck qui a voté contre la dissolution et le transfert des compétences de la commission vers le comté de Victoria.

Photo : CBC / Tom Ayers

Seule la commissaire Michele Stephens était du côté des électeurs. Elle reste optimiste et pense que le village de Baddeck peut s’en sortir.

Une fois que nous aurons traversé ce bourbier dans lequel nous nous trouvons en ce moment, je crois que nous avons un grand avenir, dit-elle.

À court d'options

Le président de la commission, Bill Marchant, n’était pas de cet avis.

Il a dit qu’à ce point-ci, il était irréaliste de s'attendre à des états financiers clairs.

Je ne sais pas pourquoi ils ne pouvaient pas comprendre cela, a-t-il déclaré en parlant de la foule présente.

 Bill Marchant parle au microphone à la rencontre du village.

Le président de la Commission du village de Baddeck, Bill Marchant, ne comprend pas pourquoi les résidents ont voté contre la dissolution de la gouvernance du village.

Photo : CBC / Tom Ayers

Il continue de croire que la dissolution du village n'aurait pas changé le caractère de la communauté, seulement la gouvernance.

Bill Marchant a dit qu’il reste un peu de temps pour déterminer les prochaines étapes, mais qu'il ne sait pas à quoi elles vont ressembler.

Avec des informations de Tom Ayers de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !