•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un homme de 20 ans meurt à la suite d’une fusillade dans Anjou

Une autopatrouille du SPVM délimite une scène de crime.

Une des victimes de la fusillade survenue jeudi soir dans l'arrondissement Anjou a succombé à ses blessures à l'hôpital.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Une fusillade qui a éclaté jeudi soir dans l'arrondissement Anjou, à Montréal, a fait un mort et un blessé.

Selon le récit du porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal (Service de police de la Ville de Montréal), l'agent Jean-Pierre Brabant, les services d'urgence ont reçu un appel au 911 vers 19 h 15. Des coups de feu avaient été entendus dans le secteur du boulevard des Roseraies.

À leur arrivée sur place, les policiers ont trouvé un homme de 20 ans blessé par balle dans un véhicule garé dans un cul-de-sac, place Cointerel. La victime, atteinte au haut du corps, a été transportée à l'hôpital, où elle a succombé à ses blessures.

Puis, non loin de là, une seconde victime âgée de 17 ans a été repérée sur le boulevard des Galeries d'Anjou. Elle a été transportée elle aussi en centre hospitalier, et ce, malgré des blessures jugées superficielles au haut du corps. On ne craint pas pour sa vie, a assuré l'agent Brabant.

Le SPVM signale que l'adolescent, qui est connu des services policiers, collabore avec ses enquêteurs.

Les policiers de la section des crimes majeurs et des techniciens en identité judiciaire ont passé les lieux de la fusillade au peigne fin pour en établir les circonstances.

Vendredi matin, la police n'avait encore procédé à aucune arrestation.

Inquiétude des riverains

Des résidents du secteur où ce meurtre s'est déroulé se disent préoccupés de la hausse de la criminalité. Les enfants traînent, ne sont pas à la maison, et quand ils ne sont pas à la maison, on ne sait pas ce qu’ils font dehors. C’est ça le grand problème aujourd’hui, rapporte un habitant du quartier.

Le porte-parole du SPVM, Raphaël Bergeron, assure que des patrouilles seront mises en place dans le secteur pour renforcer le sentiment de sécurité des citoyens.

« Ce n'est pas nécessairement un secteur où il y a des fusillades tous les jours [...], mais bien évidemment c’est pris très au sérieux. »

— Une citation de  Raphaël Bergeron, porte-parole du SPVM

Agir pour la prévention de la criminalité

Interrogée sur le sujet, la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, a offert ses condoléances à la famille de la victime.

Elle a rappelé les différentes mesures mises en place par son gouvernement pour lutter contre la violence par armes à feu, comme l’opération Centaure, qui vise à maximiser les ressources policières. On est très actifs pour lutter contre cette violence, a-t-elle ajouté.

En outre, la ministre a précisé qu’elle fera une annonce portant sur la prévention de la violence dimanche. Elle a expliqué qu’il était important d'agir en amont du problème, en donnant les moyens aux travailleurs de proximité qui connaissent ces jeunes-là.

Cette annonce devrait permettre selon Mme Guilbault d’offrir une alternative à la criminalité aux jeunes des quartiers les plus à risques.

Depuis le début de l'année 2021, ce sont maintenant 32 personnes qui ont été victimes de meurtre sur le territoire du Service de police de la Ville de Montréal.

Avec les informations de La Presse canadienne

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.