•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Poursuite de la nation Wolastoqey : Blaine Higgs accusé de mentir

La poursuite vise des entreprises, mais le premier ministre dit que les citoyens devraient être inquiets.

Plan rapproché du visage de Blaine Higgs.

Blaine Higgs, premier ministre du Nouveau-Brunswick (archives)

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Radio-Canada

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick ment aux Néo-Brunswickois et répand de la désinformation sur la poursuite intentée contre la province par des chefs autochtones, affirment différents élus de l’opposition à Fredericton.

Au Nouveau-Brunswick, six chefs de la Nation Wolastoqey ont intenté une poursuite pour qu’on leur reconnaisse des titres de propriété sur des terres exploitées par cinq entreprises du secteur forestier et par la société d’État Énergie NB.

Le premier ministre Blaine Higgs a soutenu mercredi que les Autochtones cherchaient à déposséder des citoyens du Nouveau-Brunswick de leurs maisons. Les chefs autochtones avaient pourtant précisé que leur poursuite cible des entreprises, et bien averti que les citoyens ne sont aucunement visés.

Essayer de faire croire aux gens que les Premières Nations veulent prendre votre maison? Ce n’est pas vrai. Ce n’est pas vrai, a martelé le chef de l’opposition à Fredericton, Roger Melanson, jeudi.

M. Melanson déclare que le premier ministre cherche, par des propos qu’il a qualifiés de très inappropriés, à véhiculer des messages de peur à l’intention des Néo-Brunswickois. Il se déleste de plus de sa responsabilité de régler le différend avec les Autochtones, affirme le député de Dieppe.

Roger Melanson debout dans un couloir de l'Assemblée législative pour une mêlée de presse.

Roger Melanson, chef de l'opposition officielle à Fredericton et chef par intérim du Parti libéral du Nouveau-Brunswick, le 2 décembre 2021

Photo : Radio-Canada

Roger Melanson se demande pourquoi l'État n'essaie même pas d'éviter une bataille devant les tribunaux. À son avis, le gouvernement n'a jamais voulu de discussions sérieuses avec les Premières Nations.

Le chef du Parti vert, David Coon, a dit qu’il avait été fâché de constater que le premier ministre essaie de créer de l’animosité entre les Néo-Brunswickois et les gens des Premières Nations de la province.

D’autres ministres du gouvernement ont répété les déclarations erronées de Blaine Higgs.

Durant la période de questions à l’Assemblée législative, jeudi, le procureur général de la province, Ted Flemming, a demandé aux Autochtones de rectifier leur poursuite pour ne pas qu’elle cible les citoyens privés et leurs propriétés.

Or, la poursuite de 628 pages ne cible que les entreprises J. D. Irving, Acadian Timber, AV Group, H. J. Crabbe & Sons et Twin Rivers Paper, ainsi que la société Énergie NB.

Pour tous les autres terrains qui ne sont pas la propriété de ces six entités, la restitution de ces terrains n’est pas recherchée par les plaignants — c’est-à-dire la Nation Wolastoqey, lit-on dans le document présenté à la Cour du Banc de la Reine.

Lors d’une conférence de presse expliquant la poursuite, mardi, une des six chefs wolastoqey, Patricia Bernard, de la communauté de Matawaskiye, s’était adressée directement aux Néo-Brunswickois.

La Nation Wolastoqey ne veut pas vous expulser de votre maison, avait-elle dit. Si vous n'êtes pas l'une de ces compagnies, vous n'avez pas à être inquiets.

Patricia Bernard affirme que les Autochtones ne demandent pas qu'on leur cède un territoire. Ils s'adressent plutôt aux tribunaux pour reprendre aux entreprises nommées dans la poursuite des titres ancestraux sur des propriétés qui, soutient la Nation Wolastoqey, n’ont jamais appartenu à ces entreprises.

Les Wolastoqiyik pourraient ainsi négocier avec ces entreprises des ententes sur l’exploitation forestière, et percevoir des redevances.

Avec des renseignements d'Alix Villeneuve et de CBC

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.