•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus d’argent demandé pour la gestion de futures toilettes publiques à Winnipeg

Un bâtiment en construction, dont une façade est composée de matériaux bruns et jaunes.

Des toilettes publiques prendront place dans ce bâtiment en construction à l'angle de la rue Main et de l’avenue Higgins à Winnipeg.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La construction de nouvelles toilettes publiques tire à sa fin près du quartier de North End de Winnipeg. Son ouverture est prévue pour le début de l’année 2022, mais à l’approche de cette date, un rapport de la Ville s’inquiète d’un manque de financement.

Le projet, qui prend place à l’angle de la rue Main et de l’avenue Higgins près du Circle of Life Thunderbird House, coûte plus de 600 000 $ pour sa construction.

Le document recommande à la Ville de prévoir plus d’argent, au-delà de celui du simple entretien.

Selon ce qu'explique la conseillère municipale Sherri Rollins, la Ville de Winnipeg a prévu dans la proposition de son budget 2022, plus de 500 000 $ pour son programme de toilettes publiques, dont 250 000 $ pour des ressources de soutien aux utilisateurs, souvent des sans-abris.

Pour l’instant, un personnel de gestion est prévu à raison de 12 heures par jour, mais ce n’est pas assez aux yeux de plusieurs, dont Mme Rollins.

Quelqu’un qui habite dans une maison a accès à une toilette 24 heures par jour tous les jours. Ceux qui sont sans-abri n’ont pas ça. L’argent prévu dans le budget 2022 finance seulement douze heures de services complets. Je ne pense pas que c’est assez, mais c’est un bon départ, lance-t-elle.

Sherri Rollins porte un masque et se trouve au Centre des congrès RBC de Winnipeg.

Sherri Rollins est conseillère municipale dans Fort Rouge-Fort Garry Est.

Photo : Radio-Canada

Le rapport de la Ville fait état de l’expérience dans six autres toilettes publiques temporaires qui se trouvent ailleurs dans la ville de Winnipeg. Il fait état de plusieurs incidents comme le vandalisme, le vol d’urinoirs et des débuts d’incendies qui ont eu lieu à ces endroits.

Certains organismes, comme le Conseil autochtone de Winnipeg, disent avoir appris des leçons pour pouvoir assurer une meilleure gestion.

On a discuté de ces problèmes avec les partenaires du projet. On a travaillé avec les employés de la Ville et on en est venu à un consensus, qu’il fallait des ressources , a expliqué le président du Conseil autochtone de Winnipeg, Damon Johnston.

Damon Johnston vêtu d'un manteau bleu devant un bâtiment en construction.

Damon Johnston, président du Conseil autochtone de Winnipeg

Photo : Radio-Canada

En plus du personnel qui sera présent, M. Johnston précise qu’en collaboration avec d’autres organismes autochtones, des patrouilleurs Peacekeeper feront des tournées pour s’assurer que tout se passe bien.

L’endroit offrira des douches et le personnel offrira des services de réorientation vers des services sociaux.

Usagère des services de l’Armée du Salut à proximité, Annette Starr se réjouit de cette initiative.

Ça va être génial, j’adore cette initiative, il y a quelqu’un qui va nous écouter et j’espère que plus de gens seront impliqués.

Pour la conseillère Sherri Rollins, c’est un bon pas dans la bonne direction, alors que le rapport indique qu’une surdose mortelle de drogue est survenue dans une de ces installations.

Elle milite pour plus de services offerts aux personnes sans-abris et demande une meilleure participation du gouvernement provincial pour lutter contre les surdoses.

Les surdoses se produisaient avant, elles continueront si le gouvernement provincial ne prend pas au sérieux les soins de santé de base. Ce ne sont pas seulement les opérations qui sont retardées dans la province, ce sont aussi les soins pour contrer la dépendance et offrir du soutien à ces gens, note Mme Rollins.

Avec les informations de Chantallya Louis

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !