•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Écrasement d’hélicoptère en 2020 : le BST désigne les illusions d’optique

La carcasse de l'hélicoptère sur le lac Saint-Jean.

L'hélicoptère s'est écrasé pendant les recherches mercredi.

Photo : Bureau de la sécurité des Transports

Le Bureau de la sécurité des transports (BST) du Canada conclut que l’écrasement d’un hélicoptère de la Sûreté du Québec survenu sur les glaces du lac Saint-Jean en janvier 2020 est attribuable à des illusions d’optique.

L’accident s’était produit en marge des opérations visant à retrouver les motoneigistes français qui avaient sombré dans les eaux de la rivière Grande-Décharge. L’appareil avait percuté la surface gelée près de l’île Beemer environ sept minutes après son décollage de Saint-Henri-de-Taillon.

Malgré ses blessures graves, le pilote avait été en mesure de s’extraire de l’hélicoptère et d’appeler les secours.

Le rapport du Bureau de la sécurité des transports du Canada qui vient d’être rendu public précise que les ombres et le contraste sur la surface enneigée du lac étaient masqués, ce qui a réduit les indices visuels nécessaires à la perception de la profondeur et aussi à la vision en trois dimensions.

Dans le document, les enquêteurs ajoutent que les connaissances et la formation du pilote ne lui ont pas permis de reconnaître les risques associés au manque de contraste.

Le Bureau de la sécurité des transports du Canada rappelle également l’importance du port du casque pour prévenir des blessures mortelles lors d’écrasements du genre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !