•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mort d’un homme de Senneterre : des citoyens inquiets à Coaticook

Une affiche à l'entrée de l'urgence de Coaticook.

Les heures de l'urgence de Coaticook sont réduites depuis l'automne.

Photo : Radio-Canada / Yannick Cournoyer

Radio-Canada

La mort d'un homme qui attendait l'ambulance à Senneterre alors que l'urgence de l'endroit était fermée fait craindre le pire à plusieurs citoyens de Coaticook, qui n'ont plus de services d'urgence la nuit depuis plusieurs semaines.

C'est du moins ce que le maire, Simon Madore, rapporte. C'est bien évident qu'on fait des liens rapidement. On vit vraiment la même situation qu'à Senneterre. Je me souviens d'avoir parlé avec leur ancien maire pour faire des liens, des corrélations entre nos deux urgences. C'est vraiment de valeur. On doit se brancher et faire de nos urgences quelque chose de vivant et d'ouvert 24/7.

L'urgence de l'Hôpital de Coaticook est fermée le soir et la nuit depuis le début octobre en raison d'un manque de personnel.

Selon le maire, il y a deux ambulances de présentes sur le territoire de la municipalité. Mais on ne peut pas savoir où elles sont. On peut avoir deux affaires en même temps. Si elle part pour Sherbrooke, elle part pour 1 h 30. S'il y a deux transferts dans la nuit, on tombe à découvert rapidement, rappelle-t-il.

Si M. Madore soutient tout de même être rassuré par le CIUSSS de l'Estrie - CHUS quant à la qualité du service d'ambulance, ce sentiment n'est pas partagé par bon nombre de ses concitoyens. Le CIUSSS me dit qu'ils ont doublé le transport ambulancier. On ne peut pas dire qu'on est dans l'insécurité. Mais dans la rue, les citoyens font le lien rapidement. Tout le monde est sur le qui-vive.

« On ne veut pas apeurer personne. On veut garder notre sentiment de sécurité, mais il peut arriver qu'on soit en découverture totale pendant quelques heures.  »

— Une citation de  Simon Madore, maire de Coaticook

Simon Madore espère que le drame de Senneterre fera en sorte que l'urgence rouvrira ses portes. Ça a toujours été dans mes pensées d'avoir une urgence 24/7 et là, il arrive un malheureux événement qui fait en sorte que oui, on veut vraiment une urgence 24/7. Si ce n'est que pour sauver une vie au cours des 10 prochaines années. On est des petites communautés, Senneterre comme Coaticook. On connait tout le monde. On a besoin de rassurer nos gens.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !