•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des stations de provisions libre-service pour dépanner les moins nantis

Paul Wu tient une boîte qui contient des vêtements.

Paul Wu, un élève de 11e année de Nanaimo, a conçu des stations de provisions libre-service pour aider les personnes itinérantes de sa communauté.

Photo : Radio-Canada / Camille Vernet

Paul Wu n’a que 16 ans, mais il a beaucoup de temps, de motivation et d’énergie. L’élève de 11e année de Nanaimo a décidé d'investir ce temps et cette motivation pour venir en aide aux personnes itinérantes de sa communauté. Il a rempli des kiosques de produits de première nécessité et compte les installer à différents endroits du centre-ville pour elles.

L’inspiration m’est venue il y a deux ans. J’étais coincé au centre-ville et il neigeait [...]. Il faisait très froid. J’ai pensé à toutes les personnes qui doivent vivre tous les ans dans ces conditions et j’ai voulu trouver une petite solution pour rendre leur vie plus agréable durant l’hiver, raconte-t-il.

Les kiosques que Paul a commencé à construire de ses propres mains ressemblent à des supports à vêtements avec un espace pour y placer des boîtes de rangement. Celles-ci peuvent contenir de la nourriture non périssable, des bouteilles d’eau, des produits d’hygiène pour les femmes, notamment, ou encore des masques pour se protéger de la COVID-19.

Une station de provisions, sur laquelle sont accrochés des vêtements sur des cintres et, près du sol, des boîtes de rangement contenant des bouteilles d'eau et des produits d'hygiène.

Une station de provisions construite par Paul Wu. Elle peut accueillir des vêtements, mais aussi de la nourriture et des produits d'hygiène, placés dans des boîtes de rangement.

Photo : Radio-Canada / Camille Vernet

Respecter la dignité

Paul Wu espère pouvoir installer trois ou quatre stations de provisions au centre-ville de Nanaimo, à proximité d’organismes qui viennent déjà en aide aux personnes dans le besoin, pour que celles-ci puissent se servir en toute discrétion.

Parfois, c’est difficile de demander de l’aide. Alors, en passant près de l’organisme, les gens peuvent s’aider eux-mêmes, en toute dignité, sans avoir à expliquer pourquoi ils ont des problèmes, précise-t-il.

« Je suis très introverti. Si j’avais besoin d’aide, je n’irais pas en chercher. Ces stations, cela serait parfait pour moi. »

— Une citation de  Paul Wu, concepteur des stations de provisions

Paul est à la recherche d’espaces où installer ses kiosques. Il dit qu'il a contacté plusieurs petits organismes qui n’ont pour l’instant pas les moyens de s’en occuper ou de les approvisionner.

J’espère parler à de plus grands organismes comme l’Armée du Salut ou le Village des Valeurs. Après cela, j'espère que cela marchera, explique-t-il. J’ai juste besoin d’espace pour placer mes stations [...], je peux les ravitailler au besoin.

Paul Wu et Maxime Barbier de part et d'autre d'une station de provisions.

Paul Wu et Maxime Barbier, directeur des opérations à La Boussole, se sont rencontrés cette semaine à Nanaimo. Maxime Barbier a apporté des dons recueillis à Vancouver à Paul Wu pour que celui-ci puisse garnir ses stations de provisions.

Photo : Radio-Canada / Camille Vernet

Du mentorat utile

Pour pouvoir mettre son idée en marche, Paul Wu a fait appel au Conseil jeunesse francophone de la Colombie-Britannique (CJFCB), à travers son projet d’engagement jeunesse baptisé Connecte.

Le coordonnateur des projets jeunesse du Conseil jeunesse francophone de la Colombie-Britannique, Gabriel Jalbert, explique que la mission de l’organisme, à travers ce programme, est d’accompagner les jeunes, de les mettre en contact avec un organisme qui peut leur fournir du mentorat et de les initier à différents aspects de la gestion de projets comme la mise en place d’un échéancier et d’un budget.

Maxime Barbier, directeur des opérations à l’organisme à vocation sociale de Vancouver La Boussole, s’est associé au projet de Paul.

On l’aide, on le suit, on lui donne des conseils parce que ce n’est pas anodin de construire des stations et de vouloir aider les personnes itinérantes, il y a des petites choses à savoir [par exemple] ce qu’on va leur donner, indique Maxime Barbier.

Durant la Semaine de l’itinérance, soulignée par La Boussole en octobre, les responsables ont fait un appel aux dons à la communauté francophone pour récolter des biens afin de garnir les stations de Paul. À la fin du mois de novembre, ils avaient recueilli une dizaine de boîtes de vivres et d’autres produits essentiels, que Maxime Barbier et Gabriel Jalbert ont apportés à Paul Wu à bord de la camionnette de l’organisme, La Boussole mobile.

La Boussole a à cœur d’encourager cette belle initiative de Paul [...], on a à cœur de sensibiliser la communauté et d’aider les personnes itinérantes dans le Grand Vancouver, mais aussi dans la province, explique Maxime Barbier.

On est super fiers de voir le résultat de la première phase du projet et on est assez confiant pour la suite, en voyant comment Paul est proactif, renchérit Gabriel Jalbert.

Gabriel Jalbert s'apprête à placer une boîte dans une camionnette chargée d'autres paquets.

Le coordonnateur des projets jeunesse du Conseil jeunesse francophone de la Colombie-Britannique, Gabriel Jalbert, accompagne Maxime Barbier, de La Boussole, pour livrer les dons recueillis à Vancouver à Paul Wu, qui vit à Nanaimo.

Photo : Radio-Canada / Camille Vernet

L’importance de bien s’entourer

Paul Wu encourage les jeunes de son âge qui ont des projets pour leur communauté à commencer à faire des démarches pour les réaliser.

C’est très facile, constate-t-il. Je croyais que c’était un défi presque impossible, mais quand j’ai commencé, j’ai vu que beaucoup de personnes [qui ont de l'expérience] sont prêtes à aider. Il suffit d'établir les bons contacts.

Par ailleurs, il est heureux de la mobilisation de la communauté francophone pour son projet. C’est beaucoup plus que je croyais avoir, s’exclame-t-il. Quand j’ai vu tous les dons, cela m’a vraiment encouragé à continuer ma mission et à améliorer la vie à Nanaimo.

Nombre de personnes en situation d’itinérance à Nanaimo

  • 2016 : 174

  • 2018 : 335

  • 2020 : 433

Source : Nanaimo Homeless Coalition

Avec la collaboration de Camille Vernet

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !