•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Sûreté du Québec enquête sur la mort suspecte d’une octogénaire à Coaticook

Une voiture de la Sûreté du Québec et une voiture noire près d'un ruban rouge.

Des policiers ont érigé un périmètre de sécurité sur la rue de la Rivière à Coaticook.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Une octogénaire a succombé à ses blessures après avoir été retrouvée grièvement blessée jeudi sur la rue de la Rivière à Coaticook. La Sûreté du Québec considère cette mort comme suspecte.

Les services d'urgence ont été appelés vers 11 h 30 pour intervenir auprès d'une dame retrouvée grièvement blessée. En raison de la nature suspecte de cette mort, l'enquête a été confiée au Service des crimes contre la personne de la Sûreté du Québec. Il y a beaucoup de détails qu'on doit garder à notre niveau, souligne toutefois la porte-parole de la Sûreté du Québec Aurélie Guidon, qui n'a pas expliqué la nature des blessures de la dame.

Un périmètre de sécurité a été mis sur place dans le quartier. Des résidents du secteur ont eu comme directive de se confiner dans leur domicile, alors que d'autres personnes n'ont pu retourner chez elles. Des policiers ont également escorté certains voisins chez eux pour leur permettre d'aller récupérer des biens essentiels comme des médicaments.

« On est à l'étape de faire des validations [...] Au cours des prochaines heures, on va chercher des témoins potentiels et il reste plusieurs démarches pour tenter d'éclaircir les circonstances de cet événement.  »

— Une citation de  Aurélie Guindon, porte-parole de la Sûreté du Québec

On n'est pas en mesure de confirmer si des gens ont été rencontrés, ajoute-t-elle.

La consternation dans le quartier

La nouvelle a semé tout un émoi dans le quartier. Daniel Paquette, qui réside près de la victime, se dit consterné de voir un tel événement survenir dans ce secteur, d'autant plus que Coaticook est une petite ville.

C'est un coin qui est tranquille ici. Tu n'entends rien, soutient Daniel Paquette. Tu es comme en campagne. Il y a beaucoup de personnes âgées qui restent ici.

Jacqueline Nolin, une dame habitant également dans le voisinage, a quant à elle dû s'isoler toute la journée. J'étais chez la voisine, et en revenant, la policière est venue me trouver et m'a dit de ne pas sortir de la maison de la journée. [...] Ils ont dit que la madame était assez âgée, je suis dans ces âges-là. Ma porte est barrée tout le temps de toute façon.

Une autre voisine s'est dite ébranlée par l'événement. C'est quand même des coups de feu. On n'est pas dans les grosses villes, on est dans un petit village tranquille. On ne s'attend pas à ça ici. C'est se promener maintenant... On ne sait pas ce qui s'est passé au juste. Tant qu'on n'en saura pas plus, on n'ira pas marcher dehors, on reste en dedans, souligne-t-elle, inquiète. C'est tout le temps tranquille ici, tout le monde prend des marches et tout le monde se parle.

Avec les informations de Marie-Hélène Rousseau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !