•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vaccination : les enfants de 5 à 12 ans doivent être accompagnés de leurs parents

Un homme dans un centre de vaccination à Ottawa remplit une seringue.

En Saskatchewan, les enfants de 13 à 17 ans sont considérés comme des mineurs matures et peuvent recevoir le vaccin sans approbation parentale.

Photo : Radio-Canada / Francis Ferland

Radio-Canada

Le gouvernement de la Saskatchewan exige que les enfants de 5 à 12 ans soient accompagnés de leurs parents lorsqu'ils reçoivent leur vaccin contre la COVID-19.

L'Autorité de la santé de la Saskatchewan (SHA) a envoyé une lettre aux parents et aux tuteurs de Prince Albert, le 22 novembre, pour les informer de ce changement de politique.

Dans le cas des autres vaccins habituellement inoculés aux enfants, les élèves de 5e et de 6e année n'ont qu'à présenter un formulaire de consentement signé par un parent ou un tuteur pour les recevoir.

Le ministre de la Santé, Paul Merriman, souligne le caractère unique du vaccin contre la COVID-19. Contrairement à d’autres vaccins, celui-ci baigne dans les fausses nouvelles, dit-il.

Nous voulons nous assurer que l’enfant reçoive le vaccin et que les parents soient à l'aise, a-t-il ajouté. Nous ne voulons pas donner l’impression que nous administrons ce vaccin aux enfants derrière le dos de leurs parents. C’est pourquoi nous demandons qu’ils soient présents.

En Saskatchewan, les enfants de 13 à 17 ans sont considérés comme des mineurs matures et peuvent recevoir le vaccin sans approbation parentale.

Le ministre de l’Éducation, Dustin Duncan, s'est porté à la défense de cette politique, mercredi, lors de la période de questions. La province a administré 23 440 doses depuis que le vaccin pour enfants a été approuvé.

Nous avons commencé il y a une semaine, et ce nombre, 23 000, ne tient pas compte des deux derniers jours de vaccination. Le nombre sera donc plus élevé, a dit Dustin Duncan.

Près de 20 % des enfants de 5 à 11 ans sont vaccinés en province, selon le ministre, ce qui constitue le taux le plus élevé au Canada.

La réponse de l'opposition

L’opposition a demandé que les parents aient droit à une absence rémunérée afin de faire vacciner leurs enfants.

En mars dernier, le gouvernement provincial avait modifié une loi afin d'allouer trois heures d'absence rémunérée à un employé pour la vaccination.

La semaine dernière, le ministre du Travail, Don Morgan, a indiqué que le gouvernement étudiait la possibilité d'offrir ces trois heures aux parents. Jeudi, il n'en était plus question. Le gouvernement affirme que plusieurs cliniques sont ouvertes, même en après-midi, afin que les parents fassent vacciner leurs enfants.

La porte-parole de l'opposition officielle en matière d'éducation, Carla Beck, a déclaré mercredi que le fait d'exiger la présence des parents, plutôt que de se contenter d'un formulaire de consentement pour les élèves de 5e et de 6e année, constituait une barrière à la vaccination.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !