•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

États-Unis : les voyageurs aériens devront avoir été testés dans les 24 heures

Des personnes regardent l'horaire de départ des vols sur un écran dans un aéroport.

Les voyageurs aériens étrangers qui voudront se rendre aux États-Unis devront subir un test de dépistage dans les 24 heures précédant leur départ.

Photo : Reuters / Lindsey Wasson

La Presse canadienne

À compter du début de la semaine prochaine, les voyageurs étrangers, y compris les Canadiens, qui voudront se rendre aux États-Unis par avion devront avoir subi un test de dépistage pas plus de 24 heures avant leur embarquement.

L'actuel délai imposé aux personnes adéquatement vaccinées est de 72 heures, mais le président Joe Biden le réduit à 24 heures, dans le cadre d'un train de mesures de santé publique visant à ralentir la propagation du préoccupant variant Omicron.

Des sources ont indiqué à l’agence Reuters et à CNN que la mesure entrerait en vigueur lundi, dès minuit une, heure normale de l’Est. L'heure fixée correspond à l'heure du décollage des avions, précise CNN.

Nous mettons tout en œuvre pour assurer aux gens une protection maximale contre cette pandémie, a expliqué jeudi la porte-parole de la Maison-Blanche Jen Psaki, lors d'un point de presse avant l'annonce du président Biden en après-midi. Nous mettons en œuvre un plan solide qui s'appuie sur toutes les mesures que nous avons prises à ce jour – nous ne partons pas de zéro.

Une note explicative de la Maison-Blanche ne fait aucune mention toutefois des frontières terrestres, ni si les Canadiens entièrement vaccinés qui roulent vers le sud seraient tenus de montrer un résultat de test négatif. Aucun test de ce type n'est requis actuellement pour entrer aux États-Unis par voie terrestre.

Certains voyageurs canadiens soulignent que de tels tests abordables sont difficiles à trouver en pharmacie, surtout si l'on veut avoir un résultat en moins de 24 heures. Au privé, un test rapide peut coûter jusqu'à 350 $, plaident des voyageurs.

Interpellée là-dessus jeudi, Mme Psaki a déclaré que la Maison-Blanche prenait la question en considération, mais ne pouvait pas dire immédiatement s'il y aurait des exceptions.

Elle a par ailleurs souligné qu'il y avait encore plus de questions que de réponses sur les dangers du variant Omicron, ce qui rend difficile de prévoir des changements futurs des restrictions de voyage pour les étrangers. Je ne m'attendrais pas à une levée des restrictions avant d'en savoir plus sur ce variant, a déclaré Mme Psaki.

L'apparition du nouveau variant préoccupant ne constitue que le plus récent tournant du long chemin vers un semblant de normalité pour les personnes qui voyagent régulièrement entre les deux pays.

Cela fait moins d'un mois seulement que les États-Unis ont levé leurs restrictions sur les voyageurs non essentiels entièrement vaccinés qui arrivent par voie terrestre depuis le Canada et le Mexique.

Le Canada, quant à lui, a pour l'instant exempté les visiteurs américains de ses nouvelles règles plus strictes, qui obligent tous les autres voyageurs aériens étrangers, qu'ils soient vaccinés ou non, à se faire tester à leur arrivée et à s'isoler en attendant les résultats.

Ottawa n'a pas encore décidé si cette exemption accordée aux voyageurs américains allait rester en place la semaine prochaine. Le ministre de la Santé, Jean-Yves Duclos, entend consulter les provinces et les territoires à cet effet, mais son collègue des Transports, Omar Alghabra, a refusé mercredi d'indiquer si une décision était imminente.

Le Canada, qui a commencé à autoriser les citoyens américains entièrement vaccinés à entrer au pays en septembre, continue d'exiger que toute personne pleinement vaccinée, y compris les Canadiens, fournisse également la preuve d'un récent test négatif.

Voici quelques autres éléments de la stratégie américaine en 9 points, décrits mercredi par la Maison-Blanche avant l'annonce de M. Biden :

  • un plan pour étendre l'admissibilité à la troisième dose, avec un vaste effort de sensibilisation pour convaincre près de 100 millions d'Américains;
  • de nouvelles cliniques de vaccination familiale, offrant un guichet unique pour toute la maisonnée;
  • des efforts accrus pour vacciner en toute sécurité les enfants de moins de cinq ans;
  • une plus grande disponibilité des trousses de dépistage à domicile;
  • des équipes d'intervention rapide pour faire face aux éclosions du variant Omicron;
  • 200 millions de nouvelles doses de vaccin données à l'échelle internationale dans les 100 prochains jours.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !