•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des producteurs de bois gaspésiens se penchent sur la protection des espèces menacées

Faucon pèlerin

Faucon pèlerin

Photo : collaboration Syndicat des producteurs de bois de la Gaspésie

En Gaspésie, le Syndicat des producteurs de bois propose des activités de transfert de connaissances sur les mesures de protection des espèces menacées, vulnérables ou susceptibles d’être désignées menacées ou vulnérables.

Selon Jean Bourque, agent de formation et d’information aux propriétaires pour le Syndicat des producteurs de bois de la Gaspésie, 35 espèces vulnérables ou menacées de la flore et de la faune gaspésiennes ont été répertoriées dans une étude effectuée par le Bureau d’écologie appliquée.

Le calypso d'Amérique

Le calypso d'Amérique

Photo : collaboration Syndicat des producteurs de bois de la Gaspésie

Parmi elles figurent plusieurs oiseaux, dont le faucon pèlerin, l’aigle royal, le garrot d’Islande, la grive de Bicknell, l’engoulevent d’Amérique, l’hirondelle de rivage et le martinet ramoneur. L’omble chevalier, la grenouille des marais, la moule d’eau douce, la couleuvre à collier, la tortue des bois et le caribou s’y retrouvent aussi, tout comme quelques plantes comme le calypso d’Amérique et le botryche pâle.

Dans une optique d’aménagement durable en Gaspésie, les propriétaires de lots boisés privés sous aménagement peuvent obtenir une certification FSC, pour Forest Stewardship Council.

Ces propriétaires certifiés, des conseillers forestiers, des ingénieurs, bref, tous ceux qui travaillent sur le terrain peuvent suivre cette formation, sur une base volontaire.

Couleuvre à collier

Couleuvre à collier

Photo : collaboration Syndicat des producteurs de bois de la Gaspésie

Ils reçoivent des cartes plastifiées leur permettant d’identifier les espèces menacées, leur habitat et leurs caractéristiques. Ces cartes expliquent aussi la marche à suivre pour chaque espèce.

Les données recueillies sont aussi envoyées au Centre de données du patrimoine naturel du Québec.

Jean Bourque donne un exemple des actions qui peuvent être posées à la suite de la formation. Cet été, des travailleurs ont découvert le nid d’un engoulevent d’Amérique, raconte-t-il. Cet oiseau niche au sol. À la suite du processus d'identification et de la communication des informations, il a été décidé qu’un espace de 20 mètres autour du nid serait exclu de l'exploitation forestière pour le protéger.

Engoulevent d'Amérique.

Engoulevent d'Amérique

Photo : collaboration Syndicat des producteurs de bois de la Gaspésie

Les surfaces protégées sont déterminées en fonction des spécificités de chaque espèce.

La Gaspésie parmi les pionnières de la certification

Selon Jean Bourque, la Gaspésie figure parmi les premières régions du Québec à proposer le processus de certification et la formation sur les espèces menacées.

Environ 80 propriétaires possèdent des lots certifiés. Cette certification leur apporte la fierté d’avoir un lot sous aménagement, où on ne pratique pas seulement de la monoculture, fait valoir Jean Bourque. Il y a diverses exigences. On aménage en fonction de toutes les ressources, de la flore et de la faune. Il faut respecter les travailleurs locaux par exemple et impliquer les communautés autochtones.

L'Aigle royal

L'Aigle royal

Photo : collaboration Syndicat des producteurs de bois de la Gaspésie

Selon M. Bourque, les compagnies forestières profitent de cette certification. Malheureusement, elles ne nous donnent pas plus, déplore-t-il, sauf la compagnie Sappi à Matane.

Le Syndicat a été parmi les premiers au Québec à aller de l’avant avec cette certification, selon lui. On a fusionné avec le Syndicat de l’Estrie et de la Montérégie pour ce projet. Nos régions sont donc parmi les pionnières. Nous avons créé l’organisme Forêts privées certifiées du Québec en collaboration avec la Fédération des producteurs de bois du Québec.

M. Bourque précise qu’il y a aussi des lots certifiés au Bas-Saint-Laurent, même si la formule n’est pas la même.

Cette moule est une mulette perlière de l'Est.

Cette moule de rivière est une mulette perlière de l'Est

Photo : collaboration Syndicat des producteurs de bois de la Gaspésie

L’Association dispense cette semaine ces formations Bonaventure, New Richmond et Nouvelle. D'autres activités d'information sont prévues après les Fêtes.

Le Syndicat des producteurs de bois a confié à l’Association forestière de la Gaspésie le mandat de dispenser ces formations.

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Gaspésie

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Gaspésie.