•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Soutien financier aux étudiants : suffisant pour contrer la pénurie de main-d’œuvre?

Le Pavillon des Premiers-Peuples de l'UQAT à Val-d'Or.

Le Pavillon des Premiers-Peuples de l'UQAT à Val-d'Or (archives)

Photo : Radio-Canada / Marc-André Landry

Prenez note que cet article publié en 2021 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Cégep et l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue se réjouissent du soutien financier qui sera accordé aux étudiants dans certains programmes d'études, mais expriment certaines réserves.

Mardi, le premier ministre François Legault a annoncé que les étudiants dans certains programmes bénéficieront de bourses d’études ou d’allocations afin d’attirer davantage de futurs travailleurs dans certains domaines et ainsi contrer la pénurie de main-d'œuvre.

Le directeur général du Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue, Sylvain Blais, se réjouit de la nouvelle. Par contre, il espère que les inscriptions ne diminueront pas dans d'autres programmes d'études.

Il ne faudrait pas non plus que dans deux ou trois ans on soit dans une situation où le mouvement a fait qu'on se retrouve dans une situation très précaire dans d'autres programmes qui n'étaient pas soutenus par des bourses, souligne-t-il.

Un homme pose pour la caméra dans son bureau, souriant.

Sylvain Blais, directeur général du Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue (archives)

Photo : Radio-Canada / Lise Millette

Sylvain Blais mentionne en exemple que si le programme d’éducation à l’enfance était visé par les bourses, et non le programme d’éducation spécialisée, les étudiants s’inscriraient davantage en éducation à l’enfance.

S’il y a un mouvement trop grand, après ça, les personnes à qui nos techniciens en éducation spécialisée apportaient de l’aide, c’est là qu’on aura une difficulté dans trois ou quatre ans. Parce qu’il y a aura une rupture de services compte tenu du mouvement de clientèle, craint-il.

Le recteur de l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, Vincent Rousson, se dit lui aussi heureux de l'annonce, mais il ajoute que les bourses ne sont pas le seul facteur d'attractivité.

On pense aux infirmières, aux enseignants, aux enseignantes également, où il y a un exercice collectif pour valoriser ou revaloriser ces professions-là. Parce que les bourses n’attireront pas automatiquement des étudiants, croit-il.

Les programmes d’études visés toucheraient six secteurs :

  • Secteurs jugés essentiels: santé, éducation et dans les services de garde

  • Secteurs jugés stratégiques : le génie, les technologies de l'information et la construction

On ne connaît pas encore la liste de programmes spécifiques qui seront visés par les bourses.

Pablo Rojas, qui est présentement inscrit au certificat en santé et sécurité au travail à l’UQAT, prévoit commencer une maîtrise en gestion de projets en 2024 ou en 2023.

Dans le même ordre d’idées que M. Rousson, il indique que les annonces de bourses et d'allocations ne viennent pas influencer son choix de programme.

Une bourse, c'est très bien, mais ce n'est pas juste une bourse aux études qui va me faire changer de choix de carrière, mais plutôt les perspectives d'emploi par la suite : si c'est bien payé et s'il y a beaucoup d'emploi dans ce domaine-là, explique-t-il.

Une autre future étudiante, Charlotte Corriveau, qui commencera une maîtrise en enseignement des sciences au secondaire cet hiver, voit les bourses d’un bon œil, mais attend que plus de détails soient donnés.

C’est sûr, c'est agréable, on ne dit pas non à de l'argent. Surtout quand on est à l’université. Ça nous permet d’avoir un petit peu de répit, dit-elle. C’est sûr que ça va être bienvenu si j’ai l’opportunité de l’avoir, mais pour l’instant, je pense que c’est encore vague comme annonce et on ne sait pas trop comment ça va fonctionner.

Sylvain Blais prévoit que d’ici la fin du mois de décembre, le gouvernement dévoilera la liste de programmes d’études pour lesquels des bourses seront octroyées.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...