•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les négociations reprendront après le vote de grève des infirmières au N.-B.

Le stéthoscope d'une infirmière en gros plan

Environ 9000infirmières immatriculées, praticiennes et auxiliaires se prononcent sur une possible grève (archives).

Photo : Radio-Canada / Claude Vickery

Le vote de grève des infirmières du Nouveau-Brunswick n'entraînera pas de débrayage à très court terme. Le premier ministre que la présidente du syndicat disent tous les deux souhaiter la reprise des négociations dès la fin du vote.

Environ 9000 infirmières immatriculées, praticiennes et auxiliaires au Nouveau-Brunswick auront l’occasion de se prononcer de jeudi à dimanche. Les voix seront comptées lundi.

Ce vote de grève survient dans la foulée du rejet par les membres du Syndicat des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick (SIINB) de deux offres de principe, en août et en octobre.

La présidente du Syndicat des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick, Paula Doucet, croit que la majorité de ses membres vont voter en faveur de la grève. Un mandat fort lancerait un message clair au gouvernement de Blaine Higgs, selon elle.

Ça montrerait au gouvernement et aux employeurs que nos membres sont unis, qu’ils méritent mieux et qu’ils veulent une meilleure offre.

Paula Doucet.

Paula Doucet, présidente du Syndicat des infirmières et des infirmiers du Nouveau-Brunswick (archives).

Photo : CBC/Tori Weldon

Paula Doucet affirme d’ailleurs que dès le dévoilement des résultats, des représentants du Syndicat des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick seront dans la capitale néo-brunswickoise et qu’ils seront prêts à reprendre les pourparlers.

Nous avons dit aux négociateurs du Conseil du trésor que nos trois équipes de négociations seront ici à Fredericton et qu’elles seront prêtes à négocier dès lundi soir, a-t-elle dit en entrevue avec Radio-Canada Acadie, mercredi.

La balle est dans le camp du syndicat, dit Higgs

Le premier ministre, Blaine Higgs, affirme que la balle est maintenant dans le camp du syndicat, vu que deux ententes de principe ont été rejetées au cours des derniers mois.

À un moment donné, il faut une contre-offre. Parce que je peux pas continuer de revoir mes propres ententes et espérer que ça va fonctionner. Alors faites-nous une contre-offre, a-t-il dit en mêlée de presse, mercredi.

Il confirme que le Syndicat des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick souhaite reprendre les négociations après le vote de grève.

J’espère qu’ils reviendront à la table avec ce qu’ils voient comme une contre-offre, en réaction à nos deux dernières propositions, a-t-il dit.

Blaine Higgs affirme que des rencontres seront bientôt mises au calendrier. Elles auront lieu au plus tôt la semaine prochaine, après le vote de grève.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !