•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de 20 % des chirurgies en attente depuis plus d’un an en Outaouais

Un établissement du CISSS de l'Outaouais, l'Hôpital de Hull.

L'Outaouais affiche un taux de 22 % de chirurgies en attente depuis plus de douze mois. La région se classe ainsi parmi les endroits au Québec où le retard est le plus marqué, ex aequo avec Lanaudière.

Photo : Radio-Canada / Michel Aspirot

Radio-Canada

L’Outaouais arrive en tête de liste des régions au Québec avec le plus haut taux de chirurgies en attente depuis plus d’un an.

Selon les données du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) du Québec, l'Outaouais affiche un taux de 22 % de chirurgies en attente depuis plus de douze mois.

La région se classe ainsi parmi les endroits au Québec où le retard est le plus marqué, ex aequo avec Lanaudière. La moyenne provinciale pour ce qui est de la proportion des patients en attente depuis plus d’une année pour une opération se chiffre actuellement autour de 12 %.

L’ensemble des listes d’attentes ont été épurées et ont diminué à plus de 20 % des cas. De plus, nous notons une reprise [des chirurgies] à 83 % au global, a toutefois répondu le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l’Outaouais dans une réponse écrite, mercredi.

Des données plus complètes doivent être fournies au cours des prochains jours, a précisé le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais qui dit travailler activement pour réduire les listes d’attente.

La direction a indiqué qu’elle œuvrait présentement à élargir les chirurgies possibles en centre médical spécialisé, au privé, en plus de poursuivre ses efforts de recrutement d’infirmières.

Le transfert de patient vers d’autres régions a aussi été envisagé, ajoute le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais, mais cette solution connaît peu de succès et comporte son lot d'embûches. Le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais cite notamment des enjeux de disponibilité et évoque la distance qui rend les suivis postopératoires à l’extérieur plus difficiles et moins souvent désirés par les patients.

En juin dernier, le gouvernement a présenté un plan de relance des chirurgies avec l’intention de commencer à faire du rattrapage dès la fin septembre. Mais force est de constater que les hôpitaux demeurent plutôt en mode délestage. Le manque de main-d'œuvre explique en partie la situation, répond le ministère.

Une crise sans précédent, selon le Conseil pour la protection des malades

Environ 19 000 patients attendent une intervention chirurgicale depuis plus d’un an au Québec, alors qu’ils étaient moins de 2600 avant la pandémie.

On a connu des crises avant, mais celle-ci, exacerbée par la COVID, est assez extraordinaire et toutes proportions gardées plus importante que les crises qu’on a vécues. [...] Il va falloir être plus efficaces dans ces actions, parce que, inévitablement, on va perdre du monde au change, c’est sûr, a commenté, mercredi, Paul Brunet, président du Conseil pour la protection des malades (CPM).

Paul Brunet, président du Conseil pour la protection des malades

Paul Brunet, président du Conseil pour la protection des malades

Photo : Radio-Canada

Le haut fonctionnaire du ministère de la Santé et des Services sociaux, Martin Forgues, a d’ailleurs enjoint les membres de la direction du réseau de la santé et les directeurs des services professionnels des établissements, dans une communication dont Radio-Canada a obtenu copie, à réactiver les comités de priorisation des chirurgies et de prioriser les patients qui attendent depuis plus d’un an.

M. Brunet s’est d'ailleurs dit estomaqué d’apprendre que ces comités de priorisation des chirurgies doivent être relancés, lui qui croyait qu’ils étaient activement au travail.

Comment a-t-on pu faire cesser les travaux de ce comité? Je refuse de croire que le comité doit être réactivé et qu’il n’était pas déjà au travail depuis aussi longtemps que le ministre [Christian Dubé] avait dit qu’il fallait agir avec plus de priorisations sur les listes d’attente et les chirurgies, a-t-il commenté.

Avec les informations de Laurie Trudel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !