•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des Félicinois mécontents des immeubles des Serres Toundra intentent une poursuite

Une tour à logements dans un quartier résidentiel.

Quelques maisons entourent les trois tours à logements.

Photo : Radio-Canada / Laurie Gobeil

Radio-Canada

Le projet de construction d’immeubles d’appartements hébergeant les travailleurs guatémaltèques continue de faire des vagues à Saint-Félicien. Neuf citoyens ont intenté une poursuite contre la Ville de Saint-Félicien, Les Placements Bertrand Fradet et les Serres Toundra.

Ces citoyens demeurant sur la rue Bernard accueillent mal l’arrivée de ces bâtiments. La démarche judiciaire qu’ils entament demande à la Cour supérieure de revoir les décisions prises à un niveau inférieur, dans ce cas, le conseil municipal de Saint-Félicien.

Nos clients s’attendent à ce que la réglementation soit correctement appliquée sur le territoire visé. Ni plus, ni moins, a indiqué l’avocat de la firme Thériault Avocats, Me Sébastien Gélineau.

Me Yves Letellier rejette l’idée que ses clients soient racistes.

On aimerait beaucoup évacuer la qualité des futurs résidents. Nos clients ne nous ont même pas parlé de cet élément-là. Tout ce qu’ils nous ont dit : "Nous, on croyait vivre dans un quartier résidentiel alors que, là, on va se retrouver dans un quartier à résidences à haute densité." C'est ça la différence. Quand on choisit un quartier et qu'on paye le prix pour rester dans ce quartier, ce n'est pas pour se retrouver avec de la haute densité, indique-t-il.

Les neuf citoyens souhaitent obtenir la cassation des résolutions adoptées par le conseil municipal de Saint-Félicien, que les permis de construction et certificats d'autorisation émis soient annulés et que les constructions soient démolies aux frais de la Ville. Finalement, les citoyens exigent de recevoir une compensation de 10 000 $ chacun, en guise de dommages-intérêts.

Tant la Ville de Saint-Félicien que les Serres Toundra se sont abstenues de commenter ce dossier. Le président-directeur général des Serres Toundra, Éric Dubé, a toutefois qualifié cette situation de dommage. Il rappelle que son projet rapporte d’importantes retombées économiques et croit qu’en 2021, on se doit d’être ouvert d’esprit.

Selon les informations d'Annie-Claude Brisson.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !