•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’ACF demande au fédéral des actions après le dernier rapport sur l’immigration 

Une personne tient un petit drapeau du Canada

La FCFA et l’ACF devront aussi réfléchir aux actions qui permettraient d'atteindre les objectifs d'immigration francophone hors Québec. (archives)

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Radio-Canada

Le président de l’Association communautaire fransaskoise (ACF), Denis Simard, dit que le gouvernement fédéral doit prendre des actions concrètes pour atteindre sa cible d’immigration francophone hors Québec, à la suite du dépôt du dernier rapport du commissaire aux langues officielles mardi.

Le rapport du commissaire Raymond Théberge souligne que le Canada n’a pas été en mesure d’atteindre son objectif d’immigration francophone hors Québec de 4, 4 %.

Denis Simard explique qu’il y a une nuance importante entre promettre un recrutement et réaliser le recrutement promis. Selon lui, le gouvernement doit concrètement intervenir et trouver des mesures pour assurer une constance dans le taux d’immigration.

« On peut dire que l’on veut recruter 10 000 francophones, mais une volonté politique des gouvernements fédéral et provincial est nécessaire pour atteindre ces objectifs. »

— Une citation de  Denis Simard, président de l’Association communautaire fransaskoise

Selon lui, si le chiffre de 76 000 immigrants francophones avait été respecté, cela aurait eu un impact significatif sur le portrait francophone du pays.

Pour la Saskatchewan, si 300 familles francophones s’installent, cela représente une nouvelle école pour la communauté fransaskoise. L’ajout de francophones à la communauté permettrait de découvrir de nouveaux artistes et de nouveaux écrivains.

Un objectif

Denis Simard conclut qu’il faudra faire d’importants efforts pour atteindre l’objectif de 4,4 % d’immigrants francophones établi par Ottawa.

Selon lui, pour rattraper le temps perdu, l’objectif devrait désormais être de 6 % à 8 % pour maintenir le poids démographique des francophones dans la population.

Ce taux permettrait de rattraper les erreurs du passé ajoute le président de l’Assemblée communautaire fransaskoise.

Regard vers l’avenir

Pour atteindre l’objectif d’immigration francophone hors Québec, la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) puis l’Association communautaire fransaskoise pourront désormais s’appuyer sur le rapport du Commissaire aux langues officielles dans leurs discussions futures.

Celui-ci, bien qu’il travaille pour le gouvernement, a souligné dans son rapport des lacunes de l’approche du fédéral dans le développement de la francophonie à l’extérieur du Québec.

La Fédération des communautés francophones et acadienne et l’Assemblée communautaire fransaskoise devront donc réfléchir aux cibles à atteindre puis aux actions qui permettraient d'y parvenir. Denis Simard confirme que des discussions avec les différents ordres de gouvernement devront avoir lieu pour obtenir des investissements et des implications dans le développement de la communauté francophone au pays.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !